Candidatures - 01/08/2017

Les Jeux sont faits : Paris 2024, Los Angeles 2028

Cette fois, la messe est dite. L’histoire est écrite. Elle ne changera plus. Paris organisera les Jeux d’été en 2024, après une attente d’un siècle. Los Angeles héritera de la flamme olympique quatre ans plus tard. Thomas Bach et le CIO ont réussi leur coup. Deux villes gagnantes, pas un seul perdant.

Le scénario était rédigé depuis la mi-juillet et la validation par la session extraordinaire du CIO, à Lausanne, du principe d’un double vote 2024-2028. Le dernier souffle de suspense a été balayé lundi 31 juillet, en milieu de soirée, par l’annonce du CIO, puis de Los Angeles, d’une candidature américaine aux Jeux de 2028.

Dans cette partie à trois, entamée depuis plusieurs semaines, l’issue ne faisait plus aucun doute. Encore fallait-il préserver la forme. En clair, laisser aux deux villes en lice la possibilité de se déclarer victorieuses. Dans le cas de Paris, rien de plus simple. La capitale française était candidate aux Jeux de 2024, seulement les Jeux de 2024. Elle les aura. Bingo. Les Français ont gagné. Ils sont vainqueurs.

Pour Los Angeles, le terrain s’annonçait moins dégagé. Comment présenter en victoire une option qui pourrait être perçue comme un second choix? Facile: en modifiant l’intitulé de la course. Lundi 31 juillet, le CIO et Los Angeles ont annoncé à leur manière, très contrastée, que la métropole californienne était désormais « candidate aux Jeux d’été en 2028 ». Aux oubliettes, les Jeux de 2024. Les Californiens ont changé de voie, ils postulent désormais à un autre événement, les JO suivants, pour lesquels ils sont les seuls en lice. Eux aussi ont gagné. Ils sont vainqueurs. Bingo.

Eric Garcetti, le maire de Los Angeles, avait prédit un accord pour la fin de la semaine. Il a été pris de vitesse. Un peu après 18 heures, lundi 31 juillet, le service de presse du CIO a fait savoir via un email très énigmatique, envoyé aux médias, l’imminence d’une annonce. Puis l’équipe de LA 2024 a pris le relais, environ une heure plus tard, par un communiqué expliquant que le maire de Los Angeles, accompagné du président de la candidature, Casey Wasserman, et du président du conseil municipal, Herb Wesson, prendraient la parole à 17 h 00 en heure locale (2 h du matin à Paris et Lausanne), au StubHub Center Stadium, pour évoquer la candidature olympique et paralympique.

Plus tard dans la soirée, le CIO a choisi un format classique pour expliquer que Los Angeles avait « annoncé sa candidature aux Jeux olympiques de 2028 »: un communiqué posté sur la page d’accueil de son site Internet. « Le comité international olympique a le plaisir de publier aujourd’hui le contrat ville hôte pour 2028 après la déclaration de candidature pour les Jeux de 2028 de la part du comité de candidature olympique et paralympique de Los Angeles, écrit l’organisation présidée par Thomas Bach. Il est stipulé dans ce contrat que le CIO contribuerait à l’effort du comité d’organisation pour une valeur totale estimée à 1,8 milliard de dollars. »

Comme prévu, le CIO a consenti à une rallonge. Sa contribution au budget des Jeux en 2024 avait été fixée à 1,5 milliard de dollars. Pour l’édition 2028, un bonus de 300 millions de dollars sera accordé à Los Angeles. L’organisation précise également que les fonds seront versés sur « une période plus longue » et permettront de soutenir un programme de sport dédié à la jeunesse dans la ville. Selon plusieurs sources, le CIO signerait dès l’attribution officielle des Jeux un premier chèque de 180 millions de dollars au comité d’organisation. Un fonds de 160 millions de dollars serait alloué à un programme sportif pour la jeunesse.

En prime, il a été accordé aux Californiens l’autorisation de commercialiser les droits marketing nationaux des Jeux en 2028 dans les catégories non couvertes par le programme TOP du CIO. « Un ensemble de conditions financières qu’il serait difficile de refuser », avait suggéré Eric Garcetti la semaine passée. « Je peux regarder n’importe qui dans les yeux et lui assurer que le deal financier est le plus avantageux qui soit », a confirmé lundi soir le maire démocrate.

Rompue à l’art de la communication, l’équipe californienne a présenté la nouvelle comme un succès. Logique. Eric Garcetti et Casey Wasserman ont parlé de « grande victoire », pour Los Angeles mais aussi pour le CIO. « Je suis fier d’annoncer que les Jeux olympiques reviennent en Amérique, a expliqué le maire. En 2028, nous ramènerons les Jeux en 2028. La ville a toujours su changer les Jeux, ce sera encore le cas en 2028. »

Une réunion du conseil municipal de Los Angeles, vendredi 4 août, devrait discuter des nouvelles conditions de la candidature. Elle devrait être formellement approuvée en début de semaine prochaine.

Lundi 31 juillet, l’annonce de la candidature de Los Angeles pour les Jeux de 2028 a été diffusée en direct sur la page Facebook de LA 2024. Au même moment, l’équipe californienne ajustait les chiffres de son logo de campagne, sur ses comptes Facebook et Twitter, remplaçant 2024 par 2028. La messe est dite.

ActualitésVoir toutes les actualités