— Publié le 27 mai 2016

« A Budapest 2024, nous voulons toucher les jeunes »

Candidatures Focus

Les sportifs ont la part belle dans la course aux Jeux de 2024. Après Los Angeles et Paris, la candidature de Budapest a très officiellement lancé sa commission des athlètes (photo du bas). Une respectable brochette de champions formée de 24 membres, plus un membre honoraire, âgés de 31 ans (le gymnaste Krisztian Berki) à 95 ans (la gymnaste Agnes Keleti), où se mélangent assez harmonieusement les gloires du passé et celles du présent, les athlètes olympiques et paralympiques. Selon un communiqué de Budapest 2024, cette commission pèse d’un bon poids en or, ses membres totalisant environ un quart des 168 titres olympiques remportés par la Hongrie depuis la création des Jeux.

A sa tête, une légende vivante de la natation hongroise. Agnes Kovacs (photo du haut), 34 ans, championne olympique du 200 m brasse en 2000 à Sydney, a compilé durant sa carrière le nombre astronomique de 53 titres nationaux. Désormais retirée des bassins, très impliquée dans la candidature de Budapest depuis ses débuts, elle a répondu aux questions de FrancsJeux.

FrancsJeux: Quel rôle jouera la commission des athlètes dans la candidature de Budapest?

Agnes Kovacs: Les athlètes sont au cœur des Jeux. Ils en sont l’épine dorsale. Cette notion est très importante pour notre candidature. Pas seulement les athlètes, mais aussi leur expérience, leur vécu des Jeux. Le rôle de la commission consistera à apporter à la candidature le ressenti et le retour des athlètes sur leur passé olympique.

Comment est organisée cette commission des athlètes?

La première réunion a été organisée il y a  deux mois. A partir de maintenant, elles seront plus fréquentes et régulières. Mais l’objectif de cette commission n’est pas seulement de réunir des athlètes une fois par mois autour d’une grande table. Les athlètes vont s’impliquer de façon très concrète, par le biais d’ateliers de travail, par exemple, ou par des échanges directs avec les directeurs de la candidature, en face-à-face ou en ligne. Enfin, il reviendra à ces athlètes un autre rôle très important, celui d’ambassadeurs de la candidature. Ils vont aller à la rencontre du public pour expliquer leur expérience olympique et présenter le projet de Budapest 2024.

Comment comptez-vous rendre unique et originale l’expérience des athlètes aux Jeux de 2024 si Budapest est choisie par le CIO?

Nous allons concentrer une grande partie de nos efforts sur la jeunesse. Nous devons toucher la nouvelle génération, en présentant les Jeux comme un immense festival. L’olympisme peut devenir très cool à leurs yeux s’il s’apparente à une grande fête. Nous devons profiter de la candidature de Budapest pour enseigner à la jeunesse les valeurs du sport, le travail, le fair-play, la rigueur, l’engagement. Nous voulons apprendre à nos enfants tout ce que le sport peut apporter à leur éducation, non seulement sur le terrain, mais aussi dans la vie de tous les jours.

A titre personnel, quel rôle allez-vous jouer dans cette candidature? En serez-vous l’une des figures sur la scène internationale?

Je suis impliquée dans cette candidature sur de nombreux aspects, depuis le début. J’en suis très heureuse et j’en tire une très grande fierté. Je suis baignée par l’olympisme et par les Jeux depuis mon plus jeune âge. Aujourd’hui, j’attache à une grande importance à ma mission. Je veux montrer aux gens à quel point une expérience olympique peut être unique et inoubliable. Bien sûr, on peut la vivre devant sa télévision, mais l’impression est totalement différente. Il faut en faire partie, pas seulement comme athlète, pour comprendre et ressentir au fond de soi l’esprit des Jeux.

SFG_7664