Candidatures - 22/11/2013

Blatter donne un coup de pouce au Maroc

Propos de campagne? Sepp Blatter, le président de la FIFA, n’a pas encore annoncé son intention de briguer, ou pas, un nouveau mandat à la tête du football mondial. Mais le dirigeant suisse ne craint pas d’évoquer l’avenir à long terme. Interrogé par le quotidien marocain Al Massae, il a estimé jeudi que les chances du Maroc d’organiser un jour la Coupe du Monde étaient réelles. En précisant que le pays passerait un test grandeur nature dès le mois prochain à l’occasion du Mondial des clubs, prévu à Agadir et Marrakech.

« Lorsque le Maroc a échoué dans sa candidature pour l’organisation de la Coupe du Monde 2010, le roi m’avait dit que son pays ne baisserait pas les bras, explique Sepp Blatter. C’est ce que le monde va découvrir en décembre lors du Mondial des clubs. » Encore plus précis sur l’agenda de la prochaine décennie, le président de la FIFA va plus loin: « L’Afrique attend son tour en 2026, après le Mondial 2014 au Brésil, la Russie en 2018 et le Qatar en 2022. Et j’espère que le Maroc sera lui aussi candidat à cette fête mondiale. »

Difficile de se montrer plus explicite. A en croire Sepp Blatter, la Coupe du Monde 2026 devrait être une affaire africaine. Et le Maroc s’y présenterait en bonne place parmi les favoris, sous réserve de réussir les trois « examens » préalables: le Mondial des Clubs 2013, du 11 au 21 décembre,  le même Mondial des Clubs en 2014, et enfin la Coupe d’Afrique des Nations 2015. Une dernière compétition que le Maroc organisera dans deux nouvelles enceintes de 40 000 places, à Marrakech et Agadir, mais également à Tanger et Rabat.

Seul ennui, mais de taille: la situation pour le moins complexe de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). Fouzi Lekjaa, un cadre dy ministère des Finances, en a été récemment été élu président, au terme d’une nuit de débats et de vote très houleuse. Avant que la FIFA ne décide d’en invalider le résultat.

Sur ce sujet, Sepp Blatter se montre rassurant: « Nous avions plusieurs fois insisté auprès de la FRMF pour que celle-ci ne tienne pas son AG (le 10 novembre, ndlr), en précisant bien qu’elle ne respectait pas les règlements de la FIFA. Nous avons recommandé à la Fédération marocaine d’organiser de nouvelles élections, mais pas avant le Mondial des clubs, donc plutôt au cours du premier semestre 2014. » Une affaire de quelques mois, donc, pas forcément gênante pour les ambitions planétaires du pays.

 

ActualitésVoir toutes les actualités