Événements - 25/10/2013

Un (petit) pas en avant

Le bras de fer engagé depuis plusieurs mois entre les ligues et les fédérations européennes de rugby n’a toujours pas trouvé de vainqueur. Mais il penche de plus en plus du côté des clubs. A Dublin, où était programmée une réunion de la dernière chance, les six fédérations actionnaires de l’ERC, société organisatrice de la Coupe d’Europe, ont proposé de réformer la compétition selon les demandes des clubs français et anglais. Un pas en avant, donc. Mais sans pour autant régler la question centrale des droits de diffusion.

A l’issue de deux jours de réunion dans la capitale irlandaise, les fédérations française, anglaise, écossaise, irlandaise, galloise et italienne ont annoncé un « consensus » pour que la plus prestigieuse compétition, la H Cup, soit réduite de 24 à 20 participants. Tous seront qualifiés selon leur classement en championnat. Les bénéfices seront répartis en trois tiers égaux entre clubs français, anglais, et celtes et italiens (au lieu respectivement de 25%, 25% et 50% actuellement).

En clair, le clan des fédérations a cédé face à la menace des clubs de créer leur propre compétition européenne, la Rugby Champions Cup. Mais cette annonce ne signifie pas la fin de la crise. La réunion s’est en effet tenue en l’absence des représentants des clubs français (LNR) et anglais (Premiership Rugby), ainsi que des provinces galloises.

Surtout, elle n’a pas réglé la question primordiale des droits de diffusion. Premiership Rugby, la ligue anglaise, est liée pour 4 ans avec l’opérateur British Telecom (BT), avec un montant global estimé à 180 M€, pour la diffusion du Championnat d’Angleterre et des matchs européens des clubs anglais à partir de 2014-15. Tenus par ce contrat, les clubs anglais ne peuvent pas participer à une compétition non diffusée par BT. Or l’ERC, seule habilitée selon les règlements à négocier les droits TV des compétitions européennes, a prolongé jusqu’en 2018 avec Sky, pour 83 M€.

La quadrature du cercle, en somme. Paul Goze, le président de la LNR, résume: « Compte tenu de ces contrats, il n’y a pas de possibilité de compétition à travers l’ERC. L’ERC est finie. Les Anglais ne peuvent pas participer à une compétition ERC et nous ne voulons pas participer à une compétition sans les Anglais. La seule solution est celle que nous avons faite: créer une autre compétition. »

LNR et Premiership Rugby ne se rendront pas à la prochaine réunion des actionnaires de l’ERC, prévue le 1er novembre. Elles entendent mener jusqu’au bout leur projet de RCC, qui sera présenté « dans les premiers jours de novembre », a indiqué Paul Goze: « Il y aura la RCC ou il n’y aura pas de compétition ».

ActualitésVoir toutes les actualités