Candidatures - 15/10/2013

Pour l’hiver, Barcelone met les pouces

On pouvait s’y attendre. La candidature de Barcelone pour les Jeux d’hiver de 2022, annoncée par le maire de la ville depuis près de trois, confirmée le mois dernier malgré la défaite de Madrid dans la course aux Jeux d’été de 2020, a sérieusement du plomb dans l’aile. Officiellement, rien n’a encore filtré. Mais selon certaines sources proches de la municipalité catalane, citées par la presse espagnole, le projet serait bel et bien abandonné.

En cause, l’argent. Dans l’entourage du maire de Barcelone, Xavier Trias, le coût d’une candidature serait jugé excessif dans la situation économique de l’Espagne. Certains de ses conseillers avanceraient même qu’une telle dépense risquerait, en cas d’échec, de favoriser une victoire de l’opposition aux prochaines municipales.

La défaite de Madrid, battue dès le 1er tour en septembre dernier à Buenos Aires, pour l’attribution des Jeux d’été de 2020, a également pesé dans la balance. Il avait alors été reproché à la capitale espagnole de ne pas avoir réglé ses problèmes avec le dopage. Un boulet qu’une candidature de Barcelone pour les Jeux d’hiver de 2022 aurait également dû traîner derrière elle.

Le dossier de Barcelone ne manquait pourtant pas d’atouts. Les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux étaient prévues en ville, ainsi que les épreuves en salle (patinage, short-track, hockey…), les disciplines de neige étant programmées dans les stations pyrénéennes.

Barcelone rêvait de devenir la première cité de l’histoire à accueillir les Jeux d’été puis d’hiver. Un rêve que peut encore caresser Munich. La ville bavaroise, hôte des Jeux d’été en 1972, devrait déposer prochainement une candidature pour ceux d’hiver en 2022. Mais le projet doit d’abord passer l’étape d’un référendum, organisé le 10 novembre auprès des populations concernées, à Munich, mais aussi Berchtesgaden et Garmisch-Partenkirchen.

La date limite pour le dépôt des dossiers de candidature a été fixée par le CIO au 14 novembre 2013. A ce jour, une seule est officiellement candidate: Almaty, l’ancienne capitale du Kazakhstan. Mais ses chances de l’emporter, huit ans après les Jeux de Sotchi, apparaissent très minces.

ActualitésVoir toutes les actualités