Candidatures - 05/09/2013

Tokyo, favori mais inquiet

Paradoxe. La cote de Tokyo n’a peut-être jamais été aussi haute dans la course aux Jeux d’été de 2020. Mais les Japonais se montrent tendus, voire inquiets. Ils tremblent et s’en cachent à peine. A Buenos Aires, où se décidera samedi 7 septembre le choix de la ville hôte, comme au pays, le doute s’instable et l’inquiétude est palpable.

A cela, deux raisons. La première vient de Fukushima. Les nouvelles de la centrale nucléaire se révèlent assez préoccupantes. Vendredi, les autorités sud-coréennes ont annoncé avoir imposé un boycott des produits de la pêche venus de plusieurs régions du Japon, dont celle de Fukushima. Une annonce intervenue deux jours après que les représentants de la candidature de Tokyo 2020 aient juré, à Buenos Aires, que les eaux au Japon étaient autant dignes de confiance que celles de Paris ou New York.

Autre raison : le statut même de favori donne des sueurs froides aux Japonais. A midi heure japonaise, ce vendredi, la cote de Tokyo était de 1.66, contre 3.75 pour Madrid et 4.00 pour Istanbul chez  le bookmaker Ladbrokes. William Hill plaçait Tokyo à 1.91, Madrid à 2.25 et Istanbul à 6.00. Oddschecker, un site compilant les cotes proposées par différents bookmak0ers, a déclaré que Tokyo avait attiré sur son nom environ 43% des paris, contre 34% environ pour Madrid et 20% pour Istanbul.

En d’autres circonstances, une telle position donnerait aux Tokyoïtes toutes les raisons de croire en leur bonne étoile. Mais les médias japonais le rappellent : être favori n’a jamais été un gage de victoire au CIO. « Paris et Chicago, vendues par les bookmakers comme favorites lors des deux dernières candidatures olympiques, ont été éliminées », explique le quotidien Yomiuri Shimbun. Le tabloïd Yukan Fuji force encore plus le trait : « L’inquiétante malédiction: le favori ne peut pas gagner. »

Conséquence directe, et très inattendue : une chute des valeurs à la Bourse de Tokyo. Son indice vedette a perdu 1,45% dans la matinée de vendredi. Les pertes ont même été plus fortes dans le secteur, parmi les premiers concernés par une victoire de Tokyo 2020. L’action du groupe de génie civil Taisei a ainsi fondu de 4,01%, celle du cimentier Taiheiyo Cement de 2,16%. Parmi les promoteurs immobiliers, Mitsui Fudosan s’est affaissé de 2,42% et Mitsubishi Estate de 2,46%. Pas simple, la vie de premier de classe dans le monde olympique…

ActualitésVoir toutes les actualités