Événements - 22/08/2013

« Confier les Jeux à Rio est honteux »

Un pavé dans la mare. Le maire de Rio, Eduardo Paes, a fait sensation au Brésil en critiquant publiquement les autorités sportives du pays. Le premier élu n’a pas fait dans la nuance, allant jusqu’à qualifier de « honteux » que les Jeux olympiques de 2016 aient été confiés par le CIO à Rio de Janeiro.

Eduardo Paes s’est exprimé ainsi lors d’un entretien à la chaîne de télévision nord-américaine ESPN. Une interview qui sera diffusée en intégralité vendredi 23 août. Et qui pourrait encore alimenter la polémique.

Pour l’essentiel, le maire de Rio en veut aux autorités sportives du Brésil de ne pas s’occuper suffisamment des sportifs du pays en course pour les Jeux de 2016. Et de laisser les villes, à commencer par la sienne, mettre la main au portefeuille et financer leur préparation.

« C’est une honte que le Brésil accueille les Jeux olympiques, a suggéré le maire de Rio. Nous devons prendre soin de l’héritage des Jeux olympiques dans la ville, le gouvernement fédéral est celui qui doit mettre en place une politique sportive. Ce n’est pas le rôle de la mairie de payer (les sportifs) de haut niveau, mon rôle réside dans l’universalisation de la pratique sportive: ville olympique et éducation physique dans les écoles. »

Eduardo Paes va plus loin. Remonté comme une pendule, il s’en prend directement aux élus fédéraux. « C’est un scandale, une honte, la manière dont les choses fonctionnent. Il est difficile d’administrer le sport au Brésil avec la qualité des dirigeants en place. Ils restent en place à vie. »

A la lecture des derniers résultats, les propos du maire de Rio se révèlent très crédibles. Aux Jeux de Londres, l’an passé, le Brésil était arrivé à la dixième place du classement des médailles, avec 17 places sur le podium, mais seulement deux médailles d’or. Aux championnats du monde d’athlétisme à Moscou, la semaine passée, la délégation brésilienne est restée les poches vides. Pas une seule médaille, au terme d’une compétition où pas moins de 38 pays ont été appelés sur le podium.

Très en verve, Eduardo Paes s’est également exprimé sur le flou entretenu sur le devenir des infrastructures des JO de 2016. Il a avoué ne pas savoir si les installations olympiques seraient gérées par les municipalités, où si elles « se convertiront en lieux où les dirigeants placent leur cousine au bar. » Enfin, le maire de Rio a envoyé quelques missiles à destination de la FIFA, seulement préoccupée selon lui par les stades, et non par l’avenir des aménagements dans les 12 villes hôtes du Mondial de football en 2014. Explosif.

Crédit Photo: Klaus with K

ActualitésVoir toutes les actualités