Événements - 20/08/2013

Le baiser de la discorde

La polémique sur la Russie et sa loi anti-gay ne semble pas prête de s’éteindre. Elle prend même une tournure plutôt inattendue. Une athlète russe médaillée d’or sur 4x100m aux Mondiaux d’athlétisme à Moscou, la semaine passée, Kseniya Ryzhova, s’est invitée dans le débat. Mais, cette fois, pour défendre son « honneur » et sa « réputation. » La jeune femme avait échangé sur le podium du relais un long baiser très remarqué avec une autre des championnes du monde, Yulia Gushchina. Un « french kiss » rapidement interprété, par les médias occidentaux et des organisations de défense des droits des homosexuels, comme un geste de soutien à la communauté homo.

Mais Kseniya Ryzhova n’a pas apprécié. Elle se dit aujourd’hui « humiliée » que son baiser sur les lèvres de sa compatriote et partenaire du relais ait pu être perçu comme signe de protestation contre la loi russe « anti-gay. ». Elle a insisté, ce mardi, sur le fait qu’elle était mariée et que ce baiser était une manifestation de joie pour sa médaille d’or. « Hier, j’ai reçu 20 appels téléphoniques de différents organes de presse qui, au lieu de me féliciter, ont décidé de m’humilier avec ces questions » raconte la jeune femme. Yulia et moi sommes toutes les deux mariées et nous n’avons aucune autre relation. Nous nous entraînons ensemble depuis huit ans et nous sommes devenues de très bonnes amies. Vous ne pouvez pas imaginer ce que signifie pour nous la victoire au bout de huit ans! C’était un déluge d’émotions. Et si à ce moment précis nos lèvres se sont touchées… Je ne sais pas comment certains en sont arrivés à imaginer ça. Cela n’humilie pas seulement nous, mais aussi nos entraîneurs. »

Dimanche 18 août, à Moscou, le ministre russe des Sports, Vitaly Mutko, avait suggéré lors de la conférence de presse de clôture des Mondiaux d’athlétisme que la loi anti-gay intéressait beaucoup plus les médias étrangers que la population de la Russie. Et assuré qu’il n’y aurait aucune discrimination pendant les Jeux de Sotchi, en février prochain, comme il n’y en avait eu aucune à l’occasion des Universiades à Kazan, en juillet 2013.

ActualitésVoir toutes les actualités