Canada - 19/03/2019

Un plan national sur les commotions cérébrales

Le comité olympique canadien (COC) s’attaque au délicat dossier des commotions cérébrales. Il annonce dans un communiqué avoir adopté une série de mesures visant à mieux protéger les athlètes de haut niveau. Le nouveau protocole offre une définition précise de ce qui constitue une commotion cérébrale dans un contexte sportif, sur la manière d’en reconnaître une, et sur les mesures à prendre en cas d’accident. Il précise que les présumées victimes d’une commotion devront être aussitôt mises à l’écart de l’entraînement ou de la compétition pour évaluer le degré de sévérité de la blessure. Dans le cas d’une blessure sévère à la tête ou à la colonne vertébrale, une ambulance devra être appelée sur-le-champ pour transporter le patient vers l’hôpital le plus proche. Si on ne suspecte pas de blessure grave, l’athlète devra tout de même être retiré de l’aire de jeu pour être évalué par une équipe médicale dans un environnement calme et exempt de toute distraction. Enfin, tous les athlètes, blessés ou non, devront se soumettre à une évaluation complète avant l’ouverture de leur saison afin d’établir une base de comparaison qui servira de point de repère en cas de choc à la tête. Annoncées lundi 18 mars à Calgary, ces mesures concernent tous les athlètes canadiens en préparation des Jeux panaméricains 2019 à Lima, et des Jeux de Tokyo 2020.

ActualitésVoir toutes les actualités