— Publié le 10 octobre 2014

Trois hommes pour un seul fauteuil

Institutions Focus

Qui succédera à Hansjörg Wirz à la tête de l’athlétisme européen? La course n’a pas encore officiellement débuté. Mais ils sont déjà au moins trois à postuler plus ou moins ouvertement à la présidence de l’Association européenne d’athlétisme, désormais nommée European Athletics, dont l’élection doit se dérouler en avril 2015. Un match à trois qui pourrait prendre l’allure d’une bataille franco-scandinave, entre le Français Jean Gracia, le Finlandais Antti Pihlakoski et le Norvégien Svein-Arne Hansen.

Jean Gracia est parti le premier. Il est annoncé favori. Ancien directeur général de la Fédération française d’athlétisme, il a profité des Mondiaux en plein air à Moscou, en 2013, pour sonder le milieu et faire connaître ses intentions. Puis, sa décision prise, il a entamé un long tour des fédérations européennes. Il en était à 28 sur 50, au début du mois de juillet dernier, lorsqu’il a expliqué à FrancsJeux qu’il était désormais candidat sans doutes ni réserve. Actuel vice-président de l’AEA, Jean Gracia se serait assuré le soutien de l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et des pays des Balkans. Il devrait également pouvoir compter sur les voix britanniques, la France ayant a priori choisi Sebastian Coe dans la course à la présidence de l’IAAF. Un échange de bons procédés, donc.

Antti Pihlakoski, le Finlandais, vient de se déclarer. Selon la Fédération finlandaise d’athlétisme, il aurait accepté de répondre favorablement à la demande de son propre camp, et de “plusieurs autres fédérations nationales”, de se lancer dans la course. Ancien secrétaire général puis président de la Fédération finlandaise, il était le patron du comité d’organisation des Mondiaux en plein air en 2005 et des championnats d’Europe en 2012, deux événements qui se sont déroulés au stade olympique d’Helsinki. Antti Pihlakoski  connaît bien l’AEA pour siéger au sein de son Conseil depuis 2007.

Le troisième homme n’est pas encore officiellement dans la course, mais il se murmure dans les couloirs des stades qu’il prépare son annonce. Svein-Arne Hansen, l’actuel président de la Fédération norvégienne d’athlétisme, devrait lui aussi postuler. Directeur des Bislett Games, le légendaire meeting d’Oslo, inscrit au calendrier de la Diamond League, il peut lui aussi se targuer d’un riche passé et d’un solide réseau dans l’athlétisme européen. Mais, à la différence de ses deux présumés rivaux, il ne siège pas au Conseil de l’AEA.

Qui l’emportera? Difficile à dire à six mois du vote. Mais il est probable que la campagne pour la succession de Lamine Diack à la tête de l’IAAF, a priori circonscrite à un duel entre Sebastian Coe et Sergueï Bubka, deux candidats européens, pourrait jouer un grand rôle dans l’issue du scrutin. Seule certitude: le vainqueur devrait en prendre pour un bail. Depuis sa création en 1969, l’Association européenne d’athlétisme a eu seulement quatre présidents: le Néerlandais Adriaan Paulen entre 1969 et 1976, le Britannique Arthur Gold entre 1977 et 1987, le Finlandais Carl-Olaf Homen entre 1987 et 1999, le Suisse Hansjörg Wirz depuis 1999.