- 08/12/2016

L’AMA publie un projet de recherche sur la lutte contre le dopage axé sur la littérature actuelle en sciences sociales

Montréal, le 7 décembre 2016 – L’Agence mondiale antidopage (AMA) est heureuse de publier un projet de recherche qu’elle avait commandé, intitulé Social psychology of doping in sport: a mixed studies narrative synthesis. Ce projet, dirigé par la professeure Susan Backhouse et son équipe de l’Université de Leeds Beckett, au Royaume-Uni, fait suite à un projet de recherche effectué en 2007 par la même chercheuse.

Rob Koehler, directeur général adjoint de l’AMA , a déclaré ce qui suit : « L’AMA se réjouit de pouvoir affirmer, comme le corrobore ce projet de recherche, que la compréhension des comportements liés au dopage et au sport propre dans notre société s’est considérablement améliorée au cours des dix dernières années. Nous pouvons maintenant nous faire une image plus précise des approches qui seront les plus efficaces dans la lutte contre le dopage, même si la recherche est encore incomplète en ce qui a trait à l’évaluation des initiatives en éducation. L’AMA et ses partenaires se sont engagés à consacrer plus de ressources humaines et financières à l’éducation fondée sur les valeurs afin de rehausser l’efficacité des programmes antidopage à l’échelle mondiale. »

Le projet montre que la recherche en sciences sociales dans le domaine de la lutte contre le dopage a connu une croissance exponentielle depuis 2007, comme en témoignent les 27 documents évalués par des pairs publiés en moyenne chaque année, ce qui est encourageant. Cette croissance de l’ensemble des connaissances nous aide à mieux comprendre le dopage dans le sport.

Les constatations du projet viennent appuyer ce que nous savons déjà. Par exemple, la recherche confirme encore les limites d’un modèle antidopage axé sur les méthodes de détection et de dissuasion. Par conséquent, la prévention du dopage par le biais de l’éducation doit occuper une place plus centrale au sein du système et faire partie intégrante de tous les efforts menés dans le cadre de la lutte antidopage. Il s’agit donc d’enseigner des valeurs susceptibles de renforcer la capacité des sportifs et de leur personnel d’encadrement à prendre des décisions éthiques tout au long de leur carrière sportive.

Omettre de corriger les limitations inhérentes à la politique et aux pratiques antidopage actuelles risque de prolonger la crise de légitimité qui encourage les sportifs et d’autres partenaires du milieu du sport à remettre en question le bien-fondé du système de contrôles et des règles qui le régissent. Cette situation, combinée à la perception que le taux de détection est faible, risque d’accroître la vulnérabilité et la prédisposition des sportifs au dopage ou de les priver de leurs droits.

Le projet souligne aussi que les sportifs et le personnel d’encadrement des sportifs ont reçu très peu de formation structurée sur les mesures antidopage. Cette situation est surtout préoccupante dans le cas des entraîneurs et des parents : ils constituent en effet les principales sources d’information pour les sportifs et peuvent donc facilement les conduire au dopage par inadvertance. Internet et les médias sont aussi des sources d’information importantes pour les sportifs, c’est pourquoi les organisations antidopage doivent entretenir des liens avec ces plateformes pour s’assurer que les messages transmis sont exacts et précis.

Mais avant tout, le projet démontre que le dopage est un comportement d’une grande complexité que des solutions simples ne parviendront pas à corriger. Selon Susan Backhouse, « il faut de toute urgence cesser de se concentrer uniquement sur les sportifs individuels et chercher à ‘éliminer la pomme pourrie’ pour faire aussi la promotion de stratégies qui permettront de s’attaquer aux facteurs individuels, sociaux et environnementaux afin de prévenir le dopage dans le sport. Grâce à l’adoption d’une approche systémique, nous pourrons accorder la priorité à l’établissement d’une meilleure collaboration dans le sport et toucher ainsi plusieurs sphères d’influence. En outre, nous devons absolument tenir compte de la culture sportive et des milieux où les sportifs façonnent et définissent leurs comportements. Nous devons donc encourager une collaboration des diverses agences pour que la santé et le bien-être des sportifs passent en premier ».

Malgré la croissance évidente de ce secteur de recherche pendant le déroulement du projet, plusieurs lacunes et incertitudes demeurent. Voici quelques-uns des besoins qu’il faudra combler :

  • Priorité accrue aux programmes et plus grande compréhension de la conception, de l’exécution et de l’évaluation des interventions. Il faudra pour cela améliorer les partenariats entre les chercheurs et les intervenants.
  • Adoption d’un consensus international relativement aux priorités de la recherche sur la lutte contre le dopage.
  • Études plus longitudinales, avec méthodes expérimentales, ce qui exige de plus grands investissements.
  • Meilleure collaboration entre les disciplines et les pays.

Pour obtenir une copie du rapport intégral de ce projet de recherche (en anglais seulement), veuillez cliquer sur le lien suivant : https://www.wada-ama.org/fr/ressources/sciences-sociales/reviewing-the-social-science-of-drugs-in-sport-five-years-on.

AUTRES PROJETS DE RECHERCHE IMPORTANTS DU PROGRAMME DE RECHERCHE EN SCIENCES SOCIALES DE L’AGENCE

L’AMA souhaite aussi mentionner quelques projets de recherche importants qui ont été réalisés l’année dernière dans le cadre du Programme de recherche en sciences sociales de l’AMA.

Bujon – Sport intensif à l’adolescence : l’apprentissage de la douleur

Ce projet porte sur la conceptualisation de la douleur par les membres de l’entourage des sportifs (dissimulation et gestion de la douleur) et sur l’adoption éventuelle de pratiques de dopage. L’utilisation de substances qui apaisent la douleur et d’analgésiques par les athlètes passe souvent inaperçue et s’intensifie à mesure que la carrière du sportif progresse. L’utilisation accrue de ces médicaments subit l’influence normative de la culture sportive et peut inciter les jeunes sportifs à refuser de respecter le temps de repos recommandé par les médecins en cas de blessure.

https://www.wada-ama.org/fr/ressources/sciences-sociales/sport-intensif-a-ladolescence-lapprentissage-de-la-douleur

Corrion – « Dire non au dopage » : antécédents et modalités de développement des compétences psychosociales (CPS) chez les sportifs de haut niveau

Ce projet cherche à déterminer si les mécanismes d’autorégulation et les compétences psychosociales peuvent être transférables et donner aux sportifs le pouvoir de dire non au dopage dans des situations où ils pourraient être vulnérables. La recherche a permis de montrer que l’autorégulation des émotions et les réactions aux pressions sociales constituent chez les sportifs des facteurs de protection importants contre le dopage. Mais plus important encore, ces compétences de vie peuvent être enseignées et développées dans des situations quotidiennes, puis transférées au contexte sportif.

https://www.wada-ama.org/fr/ressources/sciences-sociales/dire-non-au-dopage-antecedents-et-modalites-de-developpement-des

Kamenju – Awareness, Perception and Attitude to Performance-Enhancing Drugs and Substance Use among Athletes in Teacher Training Colleges in Kenya (en anglais seulement)

Cette étude avait pour objectif d’évaluer la sensibilisation, la perception et l’attitude à l’égard du dopage et de l’utilisation des substances améliorant la performance dans les sports auprès d’athlètes suivant une formation pour devenir enseignants et participant à des sports de balle et à des compétitions d’athlétisme à l’échelle nationale. La population visée se composait de sportifs et de sportives participant à ces activités. Elle fournit des statistiques descriptives pour chacun de ces construits et permet d’obtenir des données de base qui pourront être étendues à d’autres populations sportives du Kenya.

https://www.wada-ama.org/fr/ressources/sciences-sociales/awareness-perception-and-attitude-to-doping-and-performance-enhancing

Kavussanu – A Cross-Cultural Approach to a Cross-Cultural Issue: Psychosocial Factors and Doping in Young Athletes (en anglais seulement)

Ce projet étudie la motivation et la moralité dans les sports d’équipe au Royaume-Uni, au Danemark et en Grèce, et l’influence de ces facteurs sur l’intention d’avoir recours au dopage. Les résultats ont montré que les sportifs qui avaient une faible identité morale et qui percevaient un climat de motivation axé sur la performance et approuvant le dopage étaient plus susceptibles de signaler leur intention d’utiliser des substances interdites pour améliorer leur performance et accélérer leur rétablissement à la suite d’une blessure. Le projet a aussi examiné la relation entre le niveau d’amour-propre, le désengagement moral et le sentiment de culpabilité anticipé relativement à leur intention de recourir au dopage.

https://www.wada-ama.org/fr/ressources/sciences-sociales/a-cross-cultural-approach-to-a-cross-cultural-issue-psychosocial

Wylleman – A lifespan and holistic approach to the influence of career transitions on athletes drug-taking behaviors (en anglais seulement)

L’étude cherche à déterminer les principaux facteurs décisionnels qui peuvent conduire un sportif à se doper ou à ne pas le faire à certains moments critiques de sa carrière. Fondée sur le modèle HAC (Holistic Athletic Career) et sur le modèle Push Pull Anti-push Anti-pull, elle illustre clairement ce qui incite des sportifs à se doper à divers niveaux de développement (sportif, psychologique, social, scolaire et financier) tout au long de leur carrière.

https://www.wada-ama.org/fr/ressources/sciences-sociales/analysis-of-multilevel-factors-and-transitions-influencing-athletes

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter la section Recherche en sciences sociales du site Web de l’AMA.

ActualitésVoir toutes les actualités