- 01/12/2016

Passage de flambeau réussi entre le comité d’organisation des Jeux de Rio 2016 et Tokyo 2020

TROIS MOIS APRÈS LES JEUX MERVEILLEUX DE RIO 2016, LES ORGANISATEURS BRÉSILIENS SE SONT RENDUS CETTE SEMAINE DANS LA PROCHAINE VILLE HÔTE DES JEUX OLYMPIQUES D’ÉTÉ, TOKYO, POUR PARTAGER LEUR EXPÉRIENCE. LES REPRÉSENTANTS DES COMITÉS D’ORGANISATION DE TOKYO 2020, PYEONGCHANG 2018, BEIJING 2022 ET DES VILLES CANDIDATES 2024 ÉTAIENT SUR PLACE POUR TIRER LES ENSEIGNEMENTS DE L’EXPÉRIENCE CARIOCA. REVENANT SUR LES MAGNIFIQUES COMPÉTITIONS SPORTIVES, LA SINGULARITÉ DE L’AVENTURE ET LE SOLIDE HÉRITAGE POUR LA VILLE ET LE PAYS, L’ÉQUIPE DE RIO 2016 A PARTAGÉ AVEC ENTHOUSIASME SES CONNAISSANCES ET SON EXPÉRIENCE DE LA MANIFESTATION, CE QUI PERMETTRA AU MOUVEMENT OLYMPIQUE DE POURSUIVRE SUR SA LANCÉE. LES ORGANISATEURS DE TOKYO 2020 ONT PU TIRER PARTI DE CE FORMIDABLE ÉCHANGE D’INFORMATIONS AFIN DE PEAUFINER LEURS PLANS ALORS QU’ILS REGARDENT VERS L’AVENIR ET PLUS PRÉCISÉMENT VERS 2020.

La séance bilan sur les Jeux Olympiques de Rio 2016, organisée sur trois jours (28-30 novembre) par le Comité International Olympique (CIO) a réuni quelque 600 participants, dont une délégation brésilienne placée sous la conduite d’Eduardo Paes, maire de Rio de Janeiro, et de Carlos Arthur Nuzman, président du comité d’organisation de Rio 2016. Le succès et l’héritage de Rio 2016 ont donné lieu à bon nombre de discussions constructives et d’échanges sur les bonnes pratiques, non seulement au cours des réunions, mais également en dehors.

Ainsi que l’a déclaré Nawal El Moutawakel, présidente de la commission de coordination des Jeux de Rio 2016 : « La séance bilan du CIO vient parachever un voyage qui aura duré plus de neuf ans et conduit Rio à la tenue de Jeux Olympiques superbes et à une transformation complète. »

Et de poursuivre : « Les Jeux de 2016 ont été un catalyseur de développement urbain qui a favorisé les investissements à Rio, investissements qui, sans cela, n’auraient pu être possibles. Les améliorations apportées à l’infrastructure de la ville en sont un parfait exemple. En sept ans à peine, de 2009 – lorsque Rio a été élue – à 2016, le nombre d’habitants ayant accès à un bon système de transports publics est passé de 18 % à 63 %. La ville dispose désormais de quatre nouvelles lignes de transport rapide par autobus, d’un réseau ferroviaire amélioré et d’un nouveau système de trains légers, sans compter de meilleures installations aéroportuaires. » Et ainsi que l’a souligné le maire de Rio, Eduardo Paes, aux délégués cette semaine : « Tout ceci s’est fait dans les temps et dans le budget, comme prévu. »

Nawal El Moutawakel a par ailleurs ajouté : « Cette transformation va au-delà des infrastructures. Les Jeux ont en effet permis de lancer un certain nombre d’initiatives en faveur du développement sportif et social que le CIO soutient activement dans le cadre de son engagement général et de l’héritage olympique. Preuve en est le programme éducatif de Rio, Transforma, qui a permis à plus de 12 000 écoles à travers le Brésil d’organiser des activités sportives et a encouragé plus de six millions de jeunes à adopter un mode de vie plus sain. »

S’exprimant à propos de la séance bilan, Carlos Arthur Nuzman, président de Rio 2016, a confié : « Venir à Tokyo en tant que président d’un comité d’organisation est particulièrement émouvant pour moi. J’espère que nous pourrons aider nos amis du comité d’organisation de Tokyo 2020 grâce aux enseignements que nous avons tirés. Je suis persuadé que le Japon accueillera de grands Jeux. »

Pour la plupart des organisateurs, l’accueil des Jeux Olympiques est une expérience unique dans une vie, un projet qu’ils créent entièrement, une page blanche à écrire. L’objectif de la séance bilan du CIO sur les Jeux Olympiques de Rio 2016 a donc consisté à partager les connaissances quelques mois après les Jeux, une fois que les participants ont eu l’occasion de réfléchir à l’expérience qu’ils venaient de vivre. Cette formule s’est révélée des plus utiles, les villes étant en mesure de tirer les enseignements des comités d’organisation précédents et de les appliquer à leur pays, découvrant ce faisant le point de vue de collègues qui ont suivi le même processus et ont dû relever des défis similaires. Le mécanisme ne s’arrête cependant pas là, car ces trois jours seront suivis tout au long de 2017 d’ateliers spécialisés qui permettront aux futurs organisateurs des Jeux d’approfondir les aspects techniques les concernant plus particulièrement.

Ainsi que l’a déclaré le président de la commission de coordination des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, John Coates, « mettre à profit les leçons des Jeux Olympiques de Rio 2016 incitera incontestablement les organisateurs japonais à poursuivre leur projet olympique certes ambitieux, mais déjà  bien pensé. En dépit de contextes différents, de nombreuses discussions ont porté cette semaine sur la façon dont le comité d’organisation de Tokyo 2020 pouvait peaufiner ses plans sur la base de l’expérience vécue par l’équipe de Rio 2016, ce qui lui sera d’une grande utilité à l’horizon 2020. »

Outre les séances d’ouverture et de clôture qui ont proposé un survol des Jeux de Rio 2016 sous divers angles et dégagé les principales conclusions des trois jours de réunion, la rencontre s’est articulée autour de 13 groupes de travail consacrés aux thèmes suivants : la vision; la bonne gouvernance; la sécurité; la livraison des sites; la gestion des sites; la présentation des athlètes et des sports; la (re)définition des services; l’approvisionnement en énergie et en électricité; la durabilité; la gestion du budget et les achats; la billetterie et l’hospitalité; la communication et la mobilisation; la gestion des personnes. Dans le cadre du programme d’excellence paralympique et en marge de l’événement olympique, l’Académie de l’IPC (Comité International Paralympique) a également organisé une séance bilan sur les Jeux Paralympiques, laquelle comptait neuf séances consacrées spécialement à la manifestation paralympique.

Le président de Tokyo 2020, Yoshiro Mori, a déclaré que la capitale japonaise s’inspirerait très certainement des Jeux de 2016 : « La séance bilan du CIO sur les Jeux Olympiques de Rio 2016 a été une formidable occasion pour tous les participants de tirer parti des connaissances et de l’expérience acquises durant les Jeux. Ce fut également une chance unique pour nous tous, au comité d’organisation de Tokyo 2020, de discuter des principaux enseignements des Jeux avec nos homologues brésiliens et les autres parties prenantes. Je suis extrêmement satisfait du haut niveau de mobilisation constaté lors des séances de groupe et des réunions individuelles. Je souhaiterais remercier le CIO, l’IPC, la communauté sportive internationale et tous les autres participants d’avoir fait le déplacement au Japon et contribué ainsi au succès de cet événement. »

Et de poursuivre : « Les conseils des représentants du sport international ont été pour nous une source d’inspiration. Cette séance bilan nous permettra de contribuer de la meilleure façon qui soit au développement du Mouvement olympique. »

« Rio a transmis le flambeau à Tokyo. Nous continuerons maintenant à nous préparer pour les Jeux de Tokyo 2020 avec le CIO et l’IPC, plus unis que jamais. »

Les conclusions de la séance bilan portent sur cinq grands thèmes : vision, communication, transformation, gouvernance et mobilisation. Si chaque groupe de travail a abouti à ses propres conclusions, lesquelles seront appliquées par les participants en fonction de leur contexte, ces cinq thèmes prioritaires ont été évoqués lors des réunions des 13 groupes de travail.

Le processus de gestion des connaissances du CIO a été établi en 1999 avec la préparation de documents consacrés aux divers aspects techniques de l’organisation des Jeux. Au cours des 17 dernières années, le programme a évolué pour englober d’autres éléments : rapports vidéo, détachement de collaborateurs appartenant aux comités d’organisation des Jeux suivants, programmes d’observation pendant les Jeux et séance bilan.

ActualitésVoir toutes les actualités