Athlétisme - 01/08/2019

L’IAAF se frotte les mains

Logique et attendu. Au lendemain de l’annonce de la levée par la justice suisse de la suspension de son règlement sur les athlètes hyperandrogènes, l’IAAF s’est fendue d’un communiqué pour commenter la nouvelle. Elle y exprime sa satisfaction. Mercredi 31 juillet, l’IAAF a dit se « féliciter » de cette décision qui, selon ses propres termes, « apporte une parité et une clarté nécessaires pour l’ensemble des athlètes en train de préparer les championnats du monde. » L’organisation internationale poursuit : « Pour la suite de la procédure devant le Tribunal fédéral suisse, l’IAAF maintiendra sa position, selon quoi il existe des contextes, dont le sport, où la biologie doit prendre le pas sur l’identité de genre. C’est pourquoi l’IAAF croit (et le Tribunal arbitral du sport) que le nouveau règlement est un moyen nécessaire, raisonnable et proportionné de protéger des compétitions justes et significatives dans l’athlétisme féminin de haut niveau. » Dans l’attente de la décision du TAS sur l’appel déposé par ses avocats, Caster Semenya est condamnée à rester à la porte des Mondiaux en plein air, prévus à Doha du 27 septembre au 6 octobre 2019.

ActualitésVoir toutes les actualités