Natation - 18/01/2019

Une preuve de culpabilité

L’heure est à l’apaisement, dans le monde de la natation, entre la FINA et l’ISL (International swimming league). Mais les deux parties n’en sont pas encore à échanger des politesses. Certes, l’ISL a annoncé jeudi 17 janvier se réjouir de la décision de la FINA d’autoriser les nageurs à participer aux épreuves de son futur circuit, prévu pour la fin de l’année 2019. Andrea di Nino, le directeur général de l’ISL, évoque « un pas dans la bonne direction ». Mais il précise : « La capitulation de la FINA vient en réaction aux poursuites antitrust intentées par l’ISL et par certains nageurs d’élite. » Dans son communiqué, l’ISL suggère même que la décision de la FINA, annoncée en début de semaine, constitue en réalité « une reconnaissance implicite de culpabilité ». Et elle demande à la FINA d’envisager une compensation financière envers les nageurs pour avoir contraint les organisateurs italiens à annuler un meeting estampillé ISL, prévu en décembre dernier à Turin.

ActualitésVoir toutes les actualités