Dopage - 20/12/2018

La France accélère le pas

C’est fait. Enfin. La France s’est dotée officiellement depuis mercredi 19 décembre d’une nouvelle organisation de la lutte antidopage, conforme aux exigences du code mondial de l’AMA. Elle a été présentée par Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, en conseil des ministres. Elle a pour vocation d’améliorer l’efficacité de la lutte antidopage dans la perspective des Jeux de Paris 2024 et, plus largement, de contribuer à lui apporter une certaine harmonie. Le projet d’ordonnance supprime la compétence disciplinaire des fédérations nationales en matière de sanctions, pour les confier à l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Il vise également à garantir une meilleure égalité de traitement entre les sportifs, en leur imposant désormais de disposer d’une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) préalable, dans l’hypothèse où ils devraient suivre un traitement médicamenteux. L’AUT devient une décision administrative prise par un comité d’expert indépendant. Enfin, il reconnait la compétence du Tribunal arbitral du sport (TAS), pour tous les recours des sportifs de niveau international ou à l’occasion de manifestations internationales. Cette disposition permet ainsi une harmonisation de la procédure et des décisions entre tous les sportifs de niveau international, quelle que soit leur nationalité. L’ordonnance sera mise en œuvre au 1er mars 2019.

ActualitésVoir toutes les actualités