Badminton - 07/12/2018

Un dirigeant banni à vie

L’univers du badminton n’est pas épargné par le fléau de la corruption. Le Mauricien Raj Gaya, ancien membre du Conseil de la Fédération internationale de badminton (BWF), a été radié à vie de toutes les instances de la discipline, et condamné à une amende de 50 000 dollars. Il occupait jusqu’en 1999 différentes fonctions au sein de la BWF, de la Confédération africaine de badminton (CAB) et de l’Association mauricienne de badminton (AMB). La commission d’éthique de la BWF avait ouvert une enquête en juin 2017 après des soupçons de corruption. L’investigation a révélé que Raj Gaya avait détourné des fonds destinés à l’AMB sur son compte personnel, avant de les utiliser « à son profit. » Le rapport indique également qu’il a falsifié des demandes de remboursement de frais et des documents officiels. Interrogé pendant l’enquête, il a assuré que ces fonds avaient servi à « des dépenses liées au badminton », mais aussi à des fins politiques, le dirigeant mauricien ayant cherché à « amener les Africains à ses côtés. »

ActualitésVoir toutes les actualités