Lutte - 16/11/2018

Les lutteurs français menacés d’exclusion

Les ennuis s’accumulent pour la Fédération française de lutte (FFL). Selon Le Parisien, ses athlètes pourraient être privés de compétitions internationales à partir du 1er janvier 2019. En cause, une créance encore impayée par la FFL à la fédération internationale (UWW), au titre de la « taxe d’organisation » des championnats du monde 2017, organisés à l’AccorHotels Arena de Paris. Elle s’élève à 181 758 euros. Dans un courrier envoyé à la FFL, l’UWW se fait menaçante : « Pour des raisons qui vous sont propres, vous nous avez demandé de repousser l’échéance de paiement à plusieurs reprises, ce que nous avons accepté en toute confiance… La date de début des championnats du monde est arrivée sans que la taxe d’organisation ait été réglée, ce qui est contraire aux statuts et règlements. Le bureau a accepté exceptionnellement […] que vos lutteurs participent aux championnats du monde 2018 à Budapest, en vous spécifiant toutefois qu’au 1er janvier 2019 vos obligations financières envers UWW devront être réglées, à défaut de quoi votre Fédération sera suspendue de toutes activités internationales. » Un nouveau coup dur pour la Fédération française de lutte, déjà très fragilisée par le déficit de 1,450 million d’euros des Mondiaux 2017 à Bercy. Pour rappel, la FFL a déposé en début de mois un dossier au tribunal de grande instance (TGI) du Val-de-Marne. Elle sollicite une « protection de la justice pour organiser la créance des tiers ». L’audience se tiendra le 19 novembre pour décider d’un plan de sauvegarde ou d’un redressement judiciaire.

 

ActualitésVoir toutes les actualités