France - 06/10/2017

Un recours pour la présidence du CNOSF

Isabelle Lamour ne renonce pas. Candidate malheureuse en mai dernier à la présidence du comité olympique français (CNOSF), la présidente de la Fédération française d’escrime conteste la réélection de Denis Masseglia. Elle a déposé un recours devant le Tribunal de grande instance de Paris pour annuler l’élection. Elle l’a annoncé elle-même, via un communiqué envoyé à l’AFP: « Madame Isabelle Lamour, présidente de la Fédération française d’escrime, a déposé ce jour un référé auprès du TGI de Paris afin de demander l’annulation des élections du 11 mai dernier à la présidence du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), à laquelle elle était candidate. Ce recours fait suite à une campagne pour la présidence du CNOSF et à un déroulement du scrutin entachés de manquements manifestes au principe d’égalité des candidats et marqués par des irrégularités nombreuses au regard des règles statutaires du CNOSF comme des principes généraux du droit électoral. » Dès le jour de sa défaite, le 11 mai dernier (556 voix pour Denis Masseglia, 385 pour Isabelle Lamour, 54 pour David Douillet), elle avait dénoncé les conditions dans lesquelles s’était déroulé le vote. Isabelle Lamour reprochait notamment à Denis Masseglia sa prise de parole lors de l’assemblée générale du CNOSF, juste avant l’élection. Pourquoi avoir attendu? « Pour préserver toutes les chances de la candidature de Paris à l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques », explique Isabelle Lamour.

ActualitésVoir toutes les actualités