Organisateur de la Coupe du Monde de beach soccer FIFA 2013 à Tahiti

Reynald Temarii

« La Coupe du Monde rapportera 5 millions d’euros à la Polynésie »

FrancsJeux : Où en êtes-vous de l’organisation de la Coupe du Monde de beach soccer FIFA à Tahiti, prévue du 18 au 28 septembre 2013 ?

Reynald Temarii : A un peu moins de huit mois de l’évènement, le comité organisateur local (COL) est prêt. Une telle sérénité est le résultat d'une précieuse contribution collective de la part des trois principales institutions publiques partenaires de l'évènement : le Pays, l'Etat et la Ville de Papeete. Au titre du secteur privé, EDT - GDF - SUEZ et l'Office des Postes et Télécommunications participent aussi considérablement à l'effort financier collectif. Au total, plus de 700 personnes seront directement associés à l'organisation, dont 250 bénévoles. Le gouvernement local et la ville hôte de Papeete associeront plus de 200 personnels missionnés auprès du COL. Une centaine de policiers issus des forces de l'Etat est mobilisée pour garantir une sécurité optimale aux 800 visiteurs étrangers attendus à Tahiti à cette occasion. Notre comité d’organisation compte aujourd'hui une vingtaine de membres permanents dont la moyenne d'âge est de 33 ans. Ce chiffre illustre notre volonté d'associer les jeunes à cette belle aventure. La planification des travaux du stade TOATA, dont le coût d'aménagement est de 3,2 M€, nous permettra d'inaugurer le site de compétition de la Coupe du Monde le 5 août prochain, à l'occasion d'un évènement régional qui associera les pays du Pacifique : Vanuatu, Fiji, Iles Salomon, Nouvelle-Zélande, voire la Nouvelle-Calédonie.

Quelle est la nature de vos relations avec la FIFA ?

La Coupe du Monde de beach soccer appartient à la FIFA, de fait elle est donc l'autorité suprême de l'organisation. Malgré les 18.000 km qui séparent Tahiti de Zurich, siège de la FIFA, l'état d'avancement des travaux du comité organisateur fait l'objet de ''conference call'' hebdomadaires qui permettent aux deux entités de s'accorder sur la mise en œuvre des programmes nécessaires à la bonne réussite de l'organisation. Pour affiner nos travaux, des représentants de la FIFA nous visitent quatre fois, entre 2012 et 2013, la 3ème visite d'inspection étant programmée du 16 au 23 février prochain. La participation financière de la FIFA est importante, même vitale pour l'organisation. L'expertise de la FIFA permet également à nos jeunes cadres d'évoluer rapidement et de gagner en compétences.

Quelle importance revêt cette compétition pour la Polynésie et pour le sport polynésien ?

La FIFA a été créée en 1904. Il aura fallu attendu 110 ans pour que le Pacifique insulaire accueille l'une des Coupes du Monde de la Fédération sportive la plus influente sur la planète avec le CIO. Ses retombées économiques sont estimées à plus de 5 M€. Sa diffusion devrait atteindre 1250 heures pour les 32 matchs officiels, dans près de 200 pays. Plus indirectement, l’évènement aura également permis le toilettage et dépoussiérage de la règlementation locale sur les plans de la fiscalité, de la médecine sportive, des droits commerciaux liés aux compétitions sportives ... Il constitue une formidable aubaine pour aménager durablement notre site de TOATA, connu pour accueillir les plus grands évènements culturels de la Polynésie française. Enfin, la Coupe du Monde permettra au mouvement sportif polynésien de sensibiliser les forces vives du pays, notamment la classe politique locale, sur la dimension nouvelle du sport polynésien. Le sport est non seulement un formidable outil d'éducation et de socialisation, mais il est dorénavant reconnu comme un moteur du développement endogène de notre territoire.

3 questions à …Voir toutes les interviews