Événements - 09/03/2020

Pour Paris 2024, les Américains ont trouvé un chez-soi

Les Américains ont choisi. Vite et bien. A plus de 4 ans des Jeux de Paris 2024, ils ont pris tout le monde de vitesse en annonçant dès maintenant leur camp de base pour l’événement olympique et paralympique.

A l’été 2024, Team USA prendra ses quartiers dans le Val d’Oise, au centre de hautes performances sportives d’Eaubonne (CDFAS). A 10 km du village des athlètes, l’équipe américaine investira les lieux en lui donnant un air de nouveau chez-soi.

Rick Adams, le responsable de la haute performance au comité olympique et paralympique américain (USOPC), l’a expliqué la semaine passée à l’occasion de l’officialisation du contrat signé avec le CFDAS : « Nous apporterons notre nourriture et une partie de notre matériel. A Eaubonne, nous pourrons réunir notre équipe de nutrition, nos psychologues, mais aussi notre service médical. »

Pour le complexe multisport du Val d’Oise, opérationnel depuis presque 30 ans mais encore peu connu, la présence de Team USA s’annonce comme une formidable vitrine médiatique. Mais elle est également pensée en termes d’héritage. Son directeur général, Arnaud Zumaglia, l’a expliqué à FrancsJeux.

FrancsJeux : A quand remontent vos premiers échanges avec le comité olympique et paralympique américain ?

Arnaud Zumaglia : Nous avons commencé à nous manifester dès l’annonce de la désignation de Paris comme ville-hôte des Jeux de 2024, au mois de septembre 2017. Nous étions prêts avant même le vote du CIO. Salariés du CDFAS, scolaires, mouvement sportif…, tout le monde était mobilisé. Nous nous sommes mis au travail pour émerger rapidement et montrer ce que nous savons faire. Très vite, nous avons envoyé des signaux aux délégations étrangères. Les Américains ont pris contact avec nous pour la première fois au cours du mois d’août 2018. Ils nous ont annoncé leur venue à Eaubonne 24 heures avant de nous rendre visite.

Que cherchaient-t-ils ?

Ils cherchaient un camp de préparation assez vaste pour recevoir les athlètes et l’encadrement. Leurs besoins sont assez uniques en termes de nombre, avec environ 800 athlètes et 1200 à 1500 personnes pour l’encadrement. Pendant les Jeux, 2500 personnes passeront à un moment ou un autre par le CDFAS. Ils étaient également en recherche d’une structure proche du village olympique et paralympique de Paris 2024, où logeront leurs compétiteurs. Enfin, ils souhaitaient pouvoir disposer sur un même site d’équipements capables de convenir à un maximum de disciplines. A Eaubonne, nous avons quasiment tous les sports olympiques, sauf la voile, le surf, l’équitation et le canoë-kayak.

Comment va s’organiser le séjour de l’équipe américaine ?

Selon les termes de notre accord, l’USOPC disposera des installations du CDFAS à partir de la fin du mois de juin 2024, jusqu’à la mi-septembre, après les Jeux paralympiques. Mais notre collaboration débute dès cette année. Après la fin des Jeux de Tokyo, les équipes américaines viendront régulièrement en stage à Eaubonne, tout au long de l’olympiade. La première à nous rendre visite sera l’équipe d’haltérophilie, dont le stage au CDFAS est prévu pour la fin de l’année.

Quels avantages consentez-vous au comité olympique américain ?

Nous ne leur avons proposé aucun avantage précis. Pour les convaincre de choisir le CDFAS, nous avons mis en avant la qualité de nos installations et notre savoir-faire. A Eaubonne, nous organisons 80 manifestions sportives par an. Le sport et l’événementiel sportif, on connaît. Les Américains sont venus six fois avant de prendre leur décision. L’USOPC paiera un loyer pour disposer du centre. Pour le reste, ils nous ont seulement demandé de le laisser en l’état jusqu’aux Jeux de Paris 2024, sans envisager de grandes transformations.

Avez-vous prévu d’accompagner la présence américaine à Eaubonne d’initiatives locales ?

Oui. Nous préparons déjà l’héritage de cette opération. Le contrat que nous avons signé avec l’USOPC court jusqu’aux Jeux de Los Angeles en 2028. Il prévoit, par exemple, l’envoi de bénévoles d’Eaubonne pour le Jeux de LA 2028. Nous voulons aussi faire venir des collégiens américains pendant les vacances, pour découvrir le centre, les disciplines olympiques et aller visiter Paris. Il est également envisagé que des athlètes américains de Team USA se rendent dans les établissements scolaires du département.

ActualitésVoir toutes les actualités