Candidatures - 10/09/2019

Pour le Queensland 2032, arrêt à Lausanne avant Paris

Réunion décisive ou simple point d’étape ? Allez savoir. Treize ans avant l’événement, une équipe de la candidature du Queensland pour les Jeux d’été en 2032 poussera la porte du nouveau siège du CIO, ce mardi 10 septembre à Lausanne. Elle sera reçue par Thomas Bach en personne.

Les Australiens ne traînent pas en route. Convaincus de pouvoir profiter de la réforme du processus de sélection des villes olympiques pour prendre la concurrence de vitesse (la dite réforme a été préparée par l’un des leurs, John Coates…), ils entendent bien régler l’affaire au plus vite. Et même, qui sait, rafler la mise avant l’ouverture de la moindre campagne de candidature.

Leur visite à Lausanne, ce mardi, n’a pas d’autre ambition. Elle aurait été initiée par Thomas Bach lui-même, en mai dernier, à Gold Coast, à l’occasion de SportAccord 2019. Le président du CIO, impressionné par les installations du Queensland, aurait suggéré à Annastacia Palaszczuk, la Première ministre de l’état du Queensland, de lui rendre visite à Lausanne sans trop tarder.

La délégation australienne se veut réduite. Elle est composée, en plus de l’inévitable John Coates et d’Annastacia Palaszczuk, d’un représentant du gouvernement fédéral australien, Ted O’Brien, et d’un envoyé du Conseil des maires du Queensland, Mark Jamieson. Le casting ne doit rien au hasard. Ted O’Brien ne s’en cache pas : les Australiens ont choisi une approche résolument « Team Australia », pour donner au CIO et à son président l’image d’une candidature où tous les échelons du pouvoir marchent main dans la main.

Officiellement, la visite de l’équipe de Queensland 2032, la première d’une candidature depuis l’inauguration du nouveau siège du CIO, se présente plus comme une étape d’un processus encore au conditionnel. Annastacia Palaszczuk l’a assuré aux médias australiens avant de boucler sa valise pour l’Europe : la décision définitive de se lancer dans la course aux Jeux d’été ne sera pas prise avant la fin de l’année ou le début de l’année prochaine. La première ministre veut attendre les conclusions de l’étude menée par la task force formée par le Queesland et l’état fédéral pour plancher sur les questions de budget, transport, et infrastructures. Elle est attendue pour les derniers mois de l’année.

Il n’empêche, les Australiens entendent bien frapper un grand coup devant Thomas Bach et sa garde rapprochée. Ted O’Brien l’a annoncé avec des airs de gladiateur : « Cette réunion constitue une opportunité de nous engager rapidement avec le CIO. Il ne s’agit pas de faire l’article, mais surtout d’écouter. Nous voulons avoir toutes les informations nécessaires pour présenter le meilleur argumentaire que le mouvement olympique ait jamais vu. » Pas moins.

Les Australiens ne s’éterniseront pas dans la ville olympique. La réunion bouclée, ils devraient quitter Lausanne dès mercredi 11 septembre. Etape suivante : Paris. La délégation du Queensland sera reçue au COJO Paris 2024.

Au programme, une visite des futurs sites olympiques au cours de l’après-midi de leur arrivée dans la capitale. Puis, le lendemain, une réunion avec une équipe de la direction du comité d’organisation. Objectif annoncé : comprendre comment l’équipe française entend s’y prendre pour assurer un héritage durable des Jeux de 2024, dans le sport français comme dans la société toute entière.

ActualitésVoir toutes les actualités