Événements - 11/10/2018

« A Rio de Janeiro, les trafiquants sont revenus »

Tout n’était pas gagné d’avance, mais l’Argentine est en train de réussir ses débuts olympiques. A Buenos Aires, les Jeux de la Jeunesse 2018 crèvent l’écran. L’événement a trouvé son public. Il tient pleinement la promesse faite au CIO : servir de laboratoire pour les futurs Jeux d’été.

Au moment où le voisin argentin en vient à rêver tout haut à une candidature olympique, le Brésil et Rio de Janeiro observent avec dépit l’héritage des Jeux d’été en 2016. Qu’en reste-t-il, un peu plus de deux ans après la fête ? La réalisatrice canadienne Emilie Beaulieu Guérette a promené sa caméra et son regard de documentariste dans un squat de Rio de Janeiro, à un jet de pierre du stade Maracana, avant et après les Jeux.

Le résultat : un long métrage, L’Autre Rio (sorti en salles le 10 octobre), où se déroule une autre version de l’histoire des Jeux de 2016. Emilie Beaulieu Guérette a répondu aux questions de FrancsJeux.

FrancsJeux : Que reste-t-il aujourd’hui des Jeux de 2016 à Rio de Janeiro ?

Emilie Beaulieu Guérette : L’héritage est cruel. L’état de Rio a fait faillite un mois après la fin des Jeux. La facture a été lourde. Et elle n’est pas encore payée. La population attendait beaucoup de l’événement. Elle a vu sa ville se transformer, avec la rénovation de la zone portuaire, la construction de nouveaux hôtels, un musée, un aquarium… Au final, elle n’en pas profité. Le bilan est très négatif.

Le Rio de Janeiro d’aujourd’hui est-il très différent de celui d’avant les Jeux olympiques ?

Le masque est tombé très rapidement après les Jeux. Dans les favelas, surtout, rien n’a vraiment changé. Pourtant, les promesses avaient été nombreuses. Un accord avait été conclu pour les pacifier et en chasser les trafiquants. Les autorités municipales avaient créé l’Unité de police pacificatrice (UPP), la première du genre en Amérique du Sud, acclamée sur le moment comme une vraie avancée. Certes, les trafiquants ont quitté les favelas, mais ils se sont seulement déplacés ailleurs. Après la fin des Jeux, ils sont revenus et les trafics ont repris massivement, comme avant. L’UPP a fait faillite. Aujourd’hui, la situation dans ces quartiers est semblable à ce qu’elle était avant les Jeux.

 

Dans votre documentaire, vous suivez le quotidien de plusieurs habitants d’un squat situé non loin du stade Maracana. Comment ont-ils vécu les Jeux de 2016 ?

Ils en étaient tout proche, mais ils les ont vécus de très loin. Ils ont parfois regardé les épreuves à la télévision, sur des vieux écrans à la qualité médiocre. Ils n’avaient pas accès aux Jeux. Ils en ont même été interdits. La plupart de ces habitants sont des travailleurs informels, ils vivent de petits boulots, en profitant souvent des grands événements au stade Maracana pour gagner un peu d’argent en lavant les pare-brises des voitures ou en vendant de la nourriture ou des souvenirs aux spectateurs. Pendant les Jeux, on leur a interdit de s’approcher à moins de 4 ou 500 m du stade. Il fallait laisser la place aux sponsors officiels. Depuis, tout est revenu à la normale. Mais il ne se passe plus grand-chose au Maracana.

Quel sentiment inspirent aujourd’hui les Jeux de Rio 2016 parmi la population locale ?

La déception. Il faut se souvenir que la ville de Rio de Janeiro a été choisie par le CIO en 2009, au moment où le pays connaissait un véritable boom économique, accompagné d’une politique sociale. Cette désignation comme ville olympique avait fait naître une vague d’espoir. Le Brésil et Rio ont connu une grande euphorie. Puis la corruption est arrivée, l’inflation a commencé à grimper. Elle a été hallucinante, avec des prix de l’immobilier parfois multipliés par trois. Aujourd’hui, les gens sont très déçus. Mais leur déception dépasse largement le cadre des Jeux. Ils sont déçus de leurs dirigeants et de la classe politique. Les élections actuelles en sont le reflet. Elles se déroulent dans un climat de tension extrême, avec une poussée historique de l’extrême-droite.

Les Jeux auraient-ils pu vraiment changer Rio de Janeiro ?

Les Brésiliens l’ont cru. Puis ils sont tombés de haut. Mais l’olympisme n’est pas à remettre en question. Le problème ne vient pas de l’événement lui-même. Au Brésil, sa préparation a ouvert la voie à un capitalisme brutal et une logique de profit, au bénéfice parfois d’entreprises étrangères. Le développement social a été oublié.

ActualitésVoir toutes les actualités