Événements - 23/07/2018

Pour voir l’eSport aux Jeux, il faudra patienter

L’histoire est en marche. Samedi 21 juillet, le mouvement olympique a tordu le cou à son image volontiers conservatrice en accueillant à Lausanne son premier forum sur l’eSport. En soi, une forme de révolution. Mais la route reste longue avant de voir les sports électroniques pousser la porte des Jeux.

Selon les chiffres des organisateurs, la journée a rassemblé en un même lieu, le Musée olympique, plus de 150 représentants de l’industrie du sport électronique et du jeu vidéo – joueurs, éditeurs de logiciels, équipes, médias, sponsors et organisateurs de tournois – et du mouvement olympique. En tête de cortège, dans les rangs des institutions, le CIO et la GAISF (Association mondiale des fédérations internationales de sport), associés pour l’occasion dans l’organisation du forum.

Que faut-il en retenir ? La réponse se révèle nuancée. Certes, le mouvement olympique et ses institutions ont cessé d’observer les sports électroniques avec un regard indifférent, voire hostile. L’organisation même du forum en est l’illustration. On les comprend. A l’heure où les Jeux peinent à rajeunir leur public, la percée de l’eSport en fait réfléchir certains sur les bords du lac de Lausanne. Il revendique actuellement 2 milliards de joueurs sur la planète. Un phénomène de société devenu impossible à ignorer pour l’organisation olympique.

Pas question, pour autant, de se saisir des manettes les yeux fermés. Le CIO et la GAISF l’avaient annoncé en préambule: le forum de Lausanne avait pour ambition de confronter les « points communs » entre le mouvement olympique et l’univers des sports électroniques, mais également discuter des « perspectives de collaboration. »

De l’avis général, l’objectif a été atteint. Patrick Baumann, le président de la GAISF, a évoqué « un bon point de départ pour les discussions à venir sur une éventuelle coopération entre la famille olympique et la communauté de l’e-sport. »

Kit McConnell, le directeur des sports au CIO, a reconnu de son côté que le forum avait été « une occasion unique d’entendre le point de vue des diverses parties prenantes, y compris de certains des meilleurs joueurs. Tous les participants se sont accordés à dire que pour travailler ensemble, il fallait que les activités menées soutiennent les valeurs olympiques et assurent leur promotion. »

 

 

On avance, donc. Mais la suite s’annonce encore très incertaine. Patrick Baumann et Kit McConnell l’ont clairement expliqué : il n’est pas question, à ce stade du processus, d’envisager une présence de l’eSport aux Jeux olympiques. « Le but n’est pas d’ouvrir la voie à l’admission de l’e-sport au programme olympique, mais nous avons néanmoins réfléchi à un plan solide pour encourager le dialogue et les échanges », a insisté le second.

La perspective de voir les sports olympiques aux Jeux de Paris 2024 s’envole. Elle n’était déjà plus vraiment d’actualité depuis quelques semaines. En revanche, il n’est pas exclu de voir l’eSport présent d’une façon ou d’une autre dans la capitale française pendant les Jeux d’été. En démonstration, par exemple, à la façon d’un festival, dans la lignée des Jeux d’hiver de PyeongChang 2018.

Los Angeles 2028 ? Tout est possible. Le CIO ne ferme aucune porte. Le double vote 2024/2028 lui a offert le luxe de pouvoir prendre son temps. Une chance dont il pourrait profiter pour étudier dès maintenant avec les organisateurs californiens la possibilité d’intégrer l’eSport au programme. Une évolution qui prendrait tout son sens pour une édition olympique déjà présentée comme la plus digitale, numérique et électronique de l’histoire.

Le CIO l’a annoncé au terme de ce premier forum : le dossier de l’eSport a été ouvert, il ne sera plus refermé. L’organisation olympique et la GAISF vont former un « groupe de liaison sur l’e-sport », appelé à assurer « la communication entre le mouvement olympique et les secteurs du sport électronique et du jeu vidéo, afin d’identifier les éventuels domaines de coopération ». Le CIO invitera des membres de ce groupe de travail à faire une présentation au forum Olympisme en action, prévu les 5 et 6 octobre 2018 à Buenos Aires.

Le thème du sport électronique sera également débattu avec les fédérations internationales du 5 au 7 novembre à Lausanne, à l’occasion de leur forum annuel. Enfin, il sera inscrit à l’ordre du jour de la XXIIIème assemblée générale de l’ACNO, les 28 et 29 novembre 2018 à Tokyo, puis à celui du prochain Sommet olympique, annoncé pour le mois de décembre 2018. Thomas Bach devra s’y faire : le sport électronique ne le quittera plus. Il devra en apprendre les règles, les usages et le jargon.

ActualitésVoir toutes les actualités