Institutions - 13/06/2018

Le CIO met le biathlon à la diète

Sale coup pour le biathlon. La discipline devra serrer les dents et compter chaque sou au cours des prochains mois. En cause, une décision de la commission exécutive du CIO de suspendre sa contribution financière à sa fédération internationale, l’IBU.

La décision n’était pas vraiment attendue. Elle a été annoncée mardi 12 juin via un bref communiqué. Le CIO y explique sobrement que les membres de la commission exécutive ont décidé à l’unanimité, après discussion, de suspendre toutes les contributions financières directes versées par le CIO à l’IBU.

La mesure se veut radicale. Mais elle s’annonce seulement temporaire. Le communiqué du CIO le précise noir sur blanc: le gel des subventions à l’IBU est effectif dans l’attente de deux mesures.

La première est déjà inscrite au calendrier. Le CIO maintiendra sa suspension jusqu’à l’élection d’un nouveau président lors du congrès de l’IBU, prévu du 5 au 10 septembre 2018 en Croatie. Une élection censée doter la fédération d’une structure de direction et de gouvernance stable.

A ce jour, deux candidats se sont déclarés pour succéder au Norvégien Anders Besseberg, président de l’IBU depuis 25 ans, mais poussé vers la sortie en avril dernier après la découverte de son rôle dans le scandale de dopage russe aux Jeux de Sotchi en 2014 (il aurait reçu 300 000 dollars en dessous de table pour masquer des cas positifs de biathlètes russes). Le Suédois Olle Dahlin, vice-président de l’IBU, sera en concurrence avec la Lettone Baiba Broka, ancienne ministre de la Justice de son pays.

L’autre condition imposée par le CIO pour rouvrir les vannes financières s’annonce plus contraignante. L’organisation olympique veut pouvoir examiner un code d’éthique de l’IBU amendé, avoir en mains un audit effectué par l’Institut des Organisations nationales antidopage (iNADO) sur le programme de lutte antidopage de l’IBU. Enfin, il est demandé de fournir « un résumé détaillé des mesures prises par le groupe de travail indépendant de l’IBU, dirigé par Stephan Netzle, concernant la base de données SGIL de Moscou et les éléments correspondants dévoilés par l’AMA. »

Précision: l’équipe de dirigeante de l’IBU devra fournir tous ces documents et rapports au CIO au plus tard le 10 septembre 2018. Un résumé du dossier sera alors soumis à la commission exécutive pour examen lors de sa réunion des 3 et 4 octobre 2018. L’été s’annonce studieux à Salzbourg, en Autriche, au siège de l’IBU.

ActualitésVoir toutes les actualités