Événements - 23/02/2018

Pour la Russie, l’or et l’argent avant les couleurs

L’attente a été longue, mais le coup restera magistral. Vendredi 23 février, au 15ème jour des Jeux de PyeongChang, la Russie a décroché sa première médaille d’or. Alina Zagitova a raflé le titre olympique de l’épreuve féminine de patinage artistique. A 15 ans, elle devient la deuxième plus jeune patineuse à monter sur la plus haute marche du podium aux Jeux.

En tête après le programme court, Alina Zagitova a assuré la victoire par un libre sans accroc. Sa compatriote Evgenia Medvedeva l’a devancée dans ce deuxième exercice, pour s’offrir la médaille d’argent. Un doublé pour la délégation des « Athlètes olympiques de la Russie ». A deux jours de la cérémonie de clôture, le timing est parfait.

Alina Zagitova n’entendra pas l’hymne russe après avoir reçu sa médaille. En face de son nom, sur le tableau des résultats, le drapeau russe est remplacé par les anneaux olympiques. Mais ces détails ne trompent personne. A Gangneung, ce vendredi, la Russie a décroché sa première médaille d’or. Sous l’appellation d’AOR, elle apparaît désormais au 15ème rang du classement des nations, entre la Chine et la République tchèque, avec un total de 14 médailles. Le tournoi masculin de hockey-sur-glace, où son équipe reste en course pour le podium, pourrait lui faire gagner quelques rangs.

La Russie n’est pas officiellement présente aux Jeux de PyeongChang, depuis son exclusion décidée en décembre dernier par le CIO. En réalité, elle est partout. Au centre principal des médias (MPC), à Alpensia, la délégation des AOR a loué un vaste bureau, niché parmi les agences de presse et les riches quotidiens asiatiques. Qui a payé? « Comme avant », glisse l’un de ses occupants, sous couvert d’anonymat, suggérant que la note aurait été réglée par le comité olympique russe, pourtant interdit aux Jeux.

A Gangneung, la Russie a pris ses quartiers dans une bâtisse à étages. Le CIO n’ayant pas autorisé son commanditaire, le comité olympique russe, à utiliser les mots Russie et les anneaux olympiques, son club a pris le nom plus passe-partout de « Maison des Sports ». Mais l’esprit reste le même. A l’étage, une salle d’exposition présente des reliques du riche passé de sports d’hiver en Russie. A l’entrée, ces mots: « La Russie dans mon cœur ». Au soir de l’inauguration, vendredi 9 février, l’ambassadeur de Russie en Corée du Sud a accueilli les supporteurs en leur assurant que cette maison était la leur.

 

 

Question: le CIO autorisera-t-il la délégation des « Athlètes olympiques de la Russie » à envoyer aux orties leurs tenues neutres et sans couleurs, dimanche soir à la cérémonie de clôture, pour enfiler des vêtements marqués du drapeau national? Pourront-ils marcher derrière leur drapeau?

Le sujet figure en tête de l’ordre du jour de la prochaine réunion de la commission exécutive, samedi 24 février au centre des médias audiovisuels (IBC) des Jeux de PyeongChang. Ses membres sont censés se prononcer à mains levées. Leur décision sera ensuite soumise au vote, le lendemain, par la session du CIO.

La tendance penche clairement en faveur du oui. Certes, le contrôle positif au meldonium du joueur de curling, Alexander Krushelnitsky, médaillé de bronze dans l’épreuve mixte, a jeté un pavé dans la mare. Mais le fautif, sans formellement reconnaître les faits de dopage, a renoncé à faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). Il a déjà rendu sa médaille. Un bon point.

En parallèle, il a été annoncé comme une certitude que le comité olympique russe avait payé au CIO l’amende de 15 millions de dollars infligée le 5 décembre dernier, en même temps que l’annonce de l’exclusion de la Russie des Jeux de PyeongChang. Un autre bon point.

Vladimir Poutine a dépêché aux Jeux de PyeongChang l’un de ses proches conseillers, Igor Levitin. Le Russe s’est entretenu avec Thomas Bach. La rencontre a été présentée par Mark Adams, le porte-parole du CIO, comme un simple moment d’échanges cordiaux, où l’Allemand aurait surtout souhaité un bon anniversaire au Russe. Admettons.

Dimanche 18 février, Stanislav Pozdnyakov, le chef de la délégation, a confié que les tenues aux couleurs de la Russie étaient prêtes et conservées en lieu sûr dans l’attente de la décision du CIO concernant la cérémonie de clôture. Il a refusé de dévoiler le lieu où la cargaison était stockée, mais le Russe a assuré que les athlètes pourraient très rapidement les avoir à disposition. Tout est dit.

ActualitésVoir toutes les actualités