Événements - 10/11/2017

Les médailles russes fondent comme neige au soleil

La grande lessive continue. Huit jours après avoir rayé des tablettes deux fondeurs russes, dont le champion olympique en titre du 50 km, le CIO a encore taillé dans le gras du bilan de la Russie aux Jeux de Sotchi 2014. Sa commission disciplinaire, présidée par le Suisse Denis Oswald, a effacé d’un énergique coup de gomme les noms de quatre autres spécialistes russes du ski de fond.

Parmi eux, un triple médaillé d’argent aux derniers Jeux d’hiver. Son nom: Maksim Vylegzhanin. A Sotchi, ce solide trentenaire originaire de la république d’Oudmourtie avait empoché trois médailles d’argent: au relais 4 x 10 km, au 50 km et au sprint par équipes.

La première de ces trois glorieuses lui avait été retirée la semaine passée, au moment de l’annonce du contrôle positif à posteriori d’un autre membre du relais russe, Alexander Legkov, par ailleurs champion olympique du 50 km. Maksim Vylegzhanin a perdu les deux autres. Le voilà désormais les poches vides.

Au soir des Jeux de Sotchi 2014, la Russie pointait en tête du classement des nations, avec le total très flatteur de 33 médailles, dont 13 en or. En moins de 10 jours, elle vient d’en perdre 4. Son bilan actuel compte 29 places sur le podium, dont 12 titres.

Elle reste en tête, avec une courte avance sur la Norvège (26 médailles, dont 11 en or). Mais la suite des événements pourrait encore modifier le tableau. Le CIO l’a annoncé jeudi 9 novembre dans un communiqué: « La procédure régulière doit être suivie et les nouvelles analyses sont toujours en cours. La commission Oswald a annoncé que toutes les auditions des athlètes en activité pouvant se qualifier pour les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 seront terminées d’ici à la fin novembre 2017. »

Trois autres fondeurs russes sont sanctionnés: Yuliia Ivanova (médaillée de bronze aux Mondiaux en 2013), Alexey Petukhov (champion du monde en 2013), et Evgeniya Shapovalova. A l’instar de Maksim Vylegzhanin, ils sont disqualifiés des épreuves auxquelles ils ont participé. Les quatre Russes sont également déclarés « non admissibles à recevoir une accréditation, à quelque titre que ce soit, pour toutes les éditions » à venir des Jeux olympiques.

Un cinquième cas a été tranché par la commission Oswald. Mais, cette fois, l’athlète russe ne sera pas sanctionné. Dans son communiqué, le CIO explique que « les éléments du dossier et les conclusions des enquêtes menées jusqu’à présent étaient insuffisants pour établir une infraction aux règles antidopage. » Le communiqué ne révèle pas l’identité de l’athlète russe, « afin de protéger ses droits », mais il s’agirait selon plusieurs sources de la patineuse artistique Adelina Sotnikova (photo ci-dessous).

Championne olympique à Sotchi en 2014, la jeune Russe figurait dans le rapport McLaren. Le document rédigé par l’avocat canadien mentionnait son nom parmi les cas d’athlètes dont les échantillons d’urine avaient été manipulés pendant les Jeux. A tort, visiblement. Son dossier est désormais classé sans suite. Une forme d’exception. Précision: blessée depuis plusieurs mois, Adelina Sotnikova a déjà annoncé qu’elle ne défendrait pas son titre aux Jeux de PyeongChang 2018.

 

ActualitésVoir toutes les actualités