Candidatures - 29/09/2017

#Paris 2024, un hashtag étrangement neutre

Les chiffres le démontrent, les experts veulent bien le jurer sur la Bible: Paris 2024 a réussi sa campagne sur les réseaux sociaux. Selon une enquête révélée par l’agence Visibrain quelques heures avant la double attribution par le CIO des Jeux en 2024 et 2028, mercredi 13 septembre, plus de 830 000 tweets ont été émis en un an avec la mention #Paris2024. Ils auraient mobilisé environ 275 000 internautes. Eloquent. Bravo.

Mais en creusant un peu plus, l’impact de la campagne de candidature de la capitale sur les réseaux sociaux se révèle nettement plus nuancé. Une autre analyse, menée par la société Expert System,  autoproclamée « leader du marché des solutions d’informatique cognitive et de Text Analytics », s’est intéressée à la perception sur Twitter de l’aventure de Paris 2024 et de sa réussite. Elle a été effectuée du 5 au 20 septembre 2017, à partir d’un échantillon d’environ 31 000 tweets en français, tous associés aux hashtags les plus utilisés autour des Jeux de 2024, comme #jo2024, #Paris2024, #Génération2024, #Jeux2024 #Olympiques2024, ou encore #NonAuxJO2024 et #contrejo2024.

Sa conclusion: les Jeux de 2024 n’ont déchaîné ni enthousiasme débordant ni opposition virulente. Il ressort de l’enquête que plus de 2 Français sur 3 – 68% des tweets – ont une opinion plutôt neutre sur le sujet. Dans seulement 26% des tweets, les internautes font preuve d’enthousiasme. A l’autre bout du banc, une faible proportion des mentions – 6% des tweets – met en avant les aspects négatifs des Jeux dans la capitale française.

Voilà pour les grandes lignes. Dans le détail, l’analyse d’Expert System réserve son lot de surprises, souvent favorables à l’équipe de candidature, parfois moins positives. Elle démontre aussi la faible connaissance du sujet par le public français, et plus encore son manque de culture de l’univers olympique.

Les bonnes surprises, d’abord. A la question des Jeux de 2024, les utilisateurs de Twitter répondent sport. Tant mieux. Ce sont les diverses disciplines sportives qui reviennent à plus haute fréquence, avec plus de 27 000 mentions. Plus de 50 sports sont cités mais, curieux résultat, les trois d’entre eux les plus mentionnés sont le football, le tennis et le rugby.

A en croire les tweets, les Jeux véhiculent encore des valeurs positives, présentes dans près de 16 000 citations. En vrac, le respect et l’éthique, lorsqu’il est question de sport, mais aussi la liberté, l’égalité, la fraternité, la solidarité et les rencontres, pour la dimension plus sociétale de l’événement olympique.

Autre motif de réjouissance: les Français n’oublient pas que Paris et la France accueilleront aussi, en 2024, les Jeux paralympiques. Les internautes se montrent fiers de les supporter, avec 2 332 mentions dans les tweets.

Enfin, le message porté par l’équipe de candidature d’un événement taillé pour transformer la société toute entière, au delà du sport, semble avoir été entendu. Les tweets regorgent d’expressions qui révèlent une nouvelle dynamique (1 770 mentions), le besoin de changement (5 921 mentions), ou encore la jeunesse (plus de 4 120 mentions).

 

 

Au rayon des moins bonnes surprises, une approche très sexiste de l’événement. Les épreuves féminines sont très peu évoquées, seulement 1 308 apparitions dans les tweets. Preuve que les Français n’en connaissent pas très long sur l’Agenda 2020 du CIO et sa résolution d’une parité hommes-femmes dans le nombre d’épreuves et d’engagés.

Autre signe peu encourageant: la présence du monde politique en tête de liste des personnalités les plus souvent associées à Paris 2024. Le top 3 est constitué d’Emmanuel Macron (7%), Anne Hidalgo (6%), et Tony Estanguet (5%). Un seul sportif dans le trio. Dommage.

Enfin, les anti-JO se sont montrés très présents, ou en tous cas très actifs, sur la twittosphère, avec 30 042 publications. Ils expriment leur opposition avec le choix de Paris, ils se disent alarmistes et anticipent les points noirs (crise, problème, nuisances, dégâts, tensions).

Ces opposants à la cause olympique se retrouvent, sans grande surprise, autour de la question des dépenses publiques (2 052 mentions de l’impôt/taxe, 3 203 tweets évoquant la dette). Plus de 5 200 citations font état d’un réel stress olympique, provoqué par les problèmes de transport / circulation / stationnement, mais aussi les infrastructures à construire (5 050 mentions) et leurs effets sur le trafic routier, et plus encore les questions de sécurité (6 319 mentions).

ActualitésVoir toutes les actualités