Institutions - 19/06/2017

McDonald’s rend ses anneaux, Intel les reprend

Un Américain chasse l’autre. Un géant mondial s’en va, un autre arrive. Par un subtil mais très réussi jeu des chaises musicales, le CIO s’apprête à modifier d’une touche la composition de son très élitiste programme TOP, le vaisseau amiral de sa stratégie marketing. McDonald’s, l’un de ses membres historiques, présent dans le décor olympique depuis 41 ans, rend ses anneaux. Intel, numéro un mondial de la fabrication des puces informatiques, s’installe à sa place.

Le départ de McDo a surpris tout le monde. Le CIO l’a annoncé en fin de semaine passée via un communiqué, expliquant que le partenariat entre les deux parties prenait fin trois ans avant son terme. Selon la version officielle, la décision serait venue de la chaîne américaine de fast-food. Silvia Lagnado, le directrice générale du marketing international chez McDonald’s, précise: « Dans le cadre de notre plan de croissance à l’échelle mondiale, nous reconsidérons actuellement tous les aspects de nos opérations et avons pris la décision, en coopération avec le CIO, de nous concentrer sur différentes priorités. »

Même son de cloche, très diplomatique, du côté de l’organisation olympque. Timo Lumme, le directeur des services de télévision et de marketing du CIO, a ainsi commenté la nouvelle: « Étant donné l’évolution rapide sur le marché économique actuel, nous comprenons parfaitement que McDonald’s souhaite se recentrer sur de nouvelles priorités commerciales. »

Selon le communiqué du CIO, le contrat de partenariat mondial TOP de McDonald’s « prend fin avec effet immédiat, mais l’entreprise continuera d’être l’un des sponsors des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 avec des droits de marketing en République de Corée uniquement. McDonald’s assurera ses opérations pendant les Jeux, notamment avec ses restaurants dans le parc et dans le village olympiques. »

La fin d’une aventure, donc. Une longue aventure. McDonald’s est présent aux côtés du mouvement olympique depuis 1976 et les Jeux de Montréal. L’entreprise américaine avait prolongé son contrat pour 8 nouvelles années, au terme des Jeux des Londres 2012. Le nouvel accord portait, selon certaines sources, sur environ 200 millions de dollars.

A en croire Associated Press, les relations entre les deux parties se seraient tendues pendant les Jeux de Rio 2016. McDo aurait reproché au CIO un traitement peu en rapport avec sa qualité de TOP sponsor. Au Brésil, la présence de la marque avait été discrète, notamment sur les sites olympiques, où le nombre de ses restaurants avait été plus réduit que lors des Jeux précédents. Sa popularité avait pourtant atteint des records, notamment au village des athlètes, où il était fréquent de voir une file d’attente d’une centaine de mètres se former devant l’entrée du restaurant officiel. Il avait même été imposé aux athlètes un nombre maximum de 20 articles par commande.

 

McDo s’en va, mais Intel arrive. Comme annoncé dans FrancsJeux dès vendredi 16 juin, le géant américain de l’informatique sera le prochain grand nom à intégrer le programme TOP du CIO. Le partenariat « stratégique et technologique » devrait être dévoilé ce mercredi 21 juin depuis New York, à l’occasion d’une conférence de presse conjointe du CIO et d’Intel. La marque californienne s’engagera pour sept ans, jusqu’aux Jeux d’été en 2024.

Avec l’arrivée d’Intel, le programme de marketing du CIO conserve le même équilibre géopolitique. Un Américain chasse l’autre, certes, mais la présence asiatique se renforce. Selon le communiqué du CIO, tous les partenaires mondiaux TOP actuels ont signé des accords au moins jusqu’en 2020. Mais Bridgestone, Panasonic et Toyota, trois marques japonaises, sont engagées jusqu’en 2024. Alibaba, le géant chinois du commerce en ligne, dernier entré dans la famille, a signé un contrat jusqu’en 2028. Enfin, le plus ancien du décor, l’horloger Omega, a prolongé récemment son partenariat, désormais signé jusqu’en 2032.

ActualitésVoir toutes les actualités