Candidatures - 31/05/2017

Pour le CIO, Paris aurait 2024 et Los Angeles 2028

L’information est digne de foi. Selon le Wall Street Journal, le CIO aurait fait son choix dans la course aux Jeux de 2024. L’organisation olympique serait déterminée à ne pas faire de battu, en accordant deux éditons des Jeux d’un coup. Jusque-là, rien de nouveau. Mais, révélation du quotidien américain, elle avancerait à grand pas vers un accord qui attribuerait à Paris les Jeux d’été en 2024, puis à Los Angeles la quinzaine olympique en 2028.

Le Wall Street Journal ne cite aucune source au sein du CIO. Il fait référence à des informateurs « proches du dossier ». Mais ses détails sont précis. Le quotidien évoque deux entretiens particuliers, au cours des derniers mois, entre Thomas Bach et deux des acteurs majeurs de la candidature américaine: le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, et le président du comité olympique américain (USOC), Larry Probst.

A ses deux interlocuteurs, le président du CIO aurait assuré que l’attribution à Los Angeles des Jeux en 2028 serait présentée comme une victoire. Une condition jugée indispensable, côté américain, pour accepter le principe d’un double vote. Thomas Bach aurait également promis à Eric Garcetti et à Casey Wasserman, le président de LA 2024, des compensations financières en échange de leur accord pour ce « deal » négocié en coulisses. Le Wall Street Journal croit savoir que ce geste du CIO consisterait en une aide plus importante dans la préparation des Jeux (on parle de 2 milliards de dollars), mais également dans la participation à des programme de sport pour les jeunes en Californie du Sud.

Sous réserve d’un emballage qui assure à Los Angeles d’apparaître comme un vainqueur, au même titre que Paris, le 13 septembre prochain à Lima, l’option 2028 se révèle assez pertinente pour l’équipe américaine. Elle donne plus de temps aux Californiens pour boucler les travaux de rénovation de l’aéroport LAX, muscler leur réseau de transport public, et terminer l’extension du campus à UCLA. Elle assure à Casey Wasserman, président et premier donateur de la campagne de candidature, une décennie d’influence et de notoriété dans Los Angeles, en Californie et dans l’univers olympique. Toujours bon à prendre pour cet acteur majeur du sport business, devenu via sa société l’un des agents les plus puissants sur la planète. Enfin, l’option 2028 présente l’avantage de s’assurer des Jeux olympiques aux Etats-Unis débarrassés de la présence de Donald Trump à la Maison Blanche.

Le « deal » en serait aux derniers détails. L’accord serait quasiment trouvé. Mais dans les deux camps, le discours officiel ne bouge pas d’un iota. Patrick Sandusky, le directeur de la communication de l’USOC, continuer de suggérer que le comité olympique américain « reste focalisé » sur les Jeux en 2024. Même réaction du côté du comité de candidature, où un porte-parole explique que l’équipe « reste concentrée sur 2024, pendant que le CIO étudie le processus de candidature. » Mais le même porte-parole de Los Angeles raconte : « Nous sommes prêts à collaborer avec le CIO au cours des mois à venir. »

Prochaine étape: vendredi 9 juin. La commission du CIO doit débattre à Lausanne, au cours d’une longue journée de réunion, de la question du double vote 2024-2028. Les quatre vice-présidents de l’organisation olympique remettront leur rapport sur ce dossier. Sauf improbable scénario, il sera favorable aux attentes de Thomas Bach, instigateur de cette révolution dans le monde de l’olympisme. Mais il faudra attendre, au mois jusqu’à la mi-juillet, peut-être plus tard encore, pour en savoir vraiment plus sur l’ordre des vainqueurs.

ActualitésVoir toutes les actualités