Candidatures - 11/05/2017

Pour l’instant, tout roule à Los Angeles

Les Américains ne craignent pas les superlatifs. Au premier jour de la visite à Los Angeles de la commission d’évaluation du CIO pour les Jeux de 2024, mercredi 10 mai, l’équipe californienne a promis d’organiser les JO « les plus verts de l’histoire », répété vouloir « tenir toutes ses promesses », juré de conjuguer le passé et l’avenir. Elle l’a fait avec le sourire. En affichant en toutes circonstances une solide confiance en ses chances de victoire.

La journée a été longue, pour la délégation de membres du CIO et d’experts des questions olympiques, arrivée seulement la veille dans la métropole californienne. Elle a débuté tôt dans la matinée, dans une salle aux généreuses proportions du JW Marriott de Los Angeles, pour se terminer tard dans la soirée par le dîner officiel. Dans l’intervalle, une intense succession de présentations des aspects les plus décisifs du dossier de candidature, dont les questions de transport, budget, logement, sécurité et gouvernance.

Confinée à l’intérieur, avec un bref passage devant les médias pour Patrick Baumann, le président de la commission d’évaluation, et Christophe Dubi, le directeur des Jeux olympiques au CIO, la délégation n’a pas vu le soleil. Peu importe, car il s’était fait discret. Mais l’exercice n’a pas semblé lui déplaire. Patrick Baumann l’a expliqué: « Nous avons eu un échange productif, décontracté, ouvert et franc, sans la moindre surprise. » Pas moins de 19 intervenants se sont succédé devant les envoyés du CIO, dont un représentant de la Sécurité nationale et le chef de la police de Los Angeles.

Que faut-il retenir de cette première journée de la visite de la commission d’évaluation? Plusieurs choses.

Une confirmation, pour commencer: Eric Garcetti, le maire de Los Angeles, s’impose plus que jamais comme le visage, la voix et l’atout numéro un de la candidature. Certes, il est revenu à Casey Wasserman, le président de LA 2024, le privilège d’ouvrir la session, en début de matinée, avec les discours de bienvenue. Mais Eric Garcetti a joué le premier rôle, notamment face aux médias, en fin d’après-midi, sur le parquet en bois brillant du Staples Center.

Le maire de Los Angeles a confié que la question des relations entre la candidature et la Maison Blanche n’avait pas été évoquée au cours de la journée, pas plus que celle du groupe d’opposants au projet olympique qui s’est manifesté au cours des derniers jours. Il a également révélé qu’en cas de victoire, il serait offert deux billets gratuits pour leur épreuve à tous les athlètes présents aux Jeux de 2024. Il a confirmé que l’idée d’une double cérémonie, pour l’ouverture comme pour la clôture, organisée en même temps au Coliseum et dans le futur stade de football américain d’Inglewood, était toujours d’actualité. Elle a été discutée au cours de la journée avec la commission d’évaluation. « Nous pourrons ainsi rendre hommage au passé tout en nous projetant sur l’avenir », a suggéré Eric Garcetti.

Deuxième leçon: la question des transports reste en tête des préoccupations de la délégation du CIO. Patrick Baumann l’a confirmé: elle a été longuement abordée pendant les présentations. Mais le président de la commission d’évaluation a voulu nuancer cette présumée faiblesse du dossier californien en rappelant les promesses du comité de candidature. « Ils sont très concernés par ce sujet, a expliqué le Suisse devant les médias. Ils mettent en place des applications pour aider les gens à se déplacer. Et ils ont une idée très précise de la façon dont fonctionneront les transports publics à l’époque des Jeux. Nous savons tous que Los Angeles est une grande ville, il y a de la circulation, mais le projet est très convaincant. » Eric Garcetti, encore lui, l’a révélé dans la foulée: en 2024, se rendre « downtown » depuis le village des athlètes à UCLA sera 20 fois plus rapide en métro qu’en voiture, y compris à une heure de faible trafic.

La commission d’évaluation a pris note. Elle a écouté avec une même attention l’équipe californienne lui vanter les mérites d’un dispositif conçu autour de quatre parcs olympiques, chacun concentrant plusieurs sports ou disciplines. Ce jeudi 11 mai, deuxième jour de sa visite, elle pourra vérifier elle-même la réalité des engagements de LA 2024. Répartis en plusieurs groupes, ses membres seront invités à découvrir sur le terrain la majorité des sites proposés par la candidature américaine. « Nous allons essayer de montrer au CIO que nous pourrons nous concentrer sur l’essentiel, l’expérience des athlètes, au cours des 7 prochaines années, sans perdre notre temps et notre argent à construire des installations nouvelles », a insisté Casey Wasserman.

ActualitésVoir toutes les actualités