Candidatures - 03/02/2014

« Il est dans notre intention d’être candidats »

Les Etats-Unis pensent très fort aux Jeux de 2024. Et ils ne s’en cachent pas. Officiellement, aucune décision n’est prise du côté de l’USOC, le comité national olympique américain. Mais son président, Larry Probst (désigné l’an passé nouveau membre du CIO), ne fait pas mystère de l’état d’avancée du projet: « Il est dans notre intention de faire acte de candidature », vient-il de déclarer à l’agence Associated Press.

Selon le dirigeant américain, la décision finale sera prise lorsque l’USOC aura su trouver une réponse positive à ces questions: « Avons-nous le bon message, le bon dossier technique, le bon leader, le juste financement et le soutien des pouvoirs publics? » Rien n’est fait, donc. Larry Probst en convient: « Beaucoup de choses doivent encore se mettre en place. Mais nous sommes tous focalisés sur ce projet de candidature. » Une démarque qui ressemble beaucoup à celle entamée par la France, dont « l’étude d’opportunité » qui vient d’être lancée devrait aboutir à une décision à l’automne prochain.

A ce jour, huit villes ont officiellement pris position dans la course à « l’investiture américaine » pour les Jeux de 2024: Dallas, Boston, San Francisco, Philadelphie, Los Angeles, San Diego, Washington et Tulsa. « La liste sera bientôt réduite », annonce le président de l’USOC. Mais elle pourrait également s’enrichir d’un ou ou deux noms supplémentaires, certaines métropoles ayant manifesté leur intention d’y aller aussi, mais sans vouloir pour l’instant rendre leur intention publique.

Ces trois derniers mois, Larry Probst et Scott Blackmun, le directeur général du comité olympique américain, ont multiplié les voyages à l’étranger pour aller à la rencontre des membres du CIO et du mouvement sportif international. Objectif: prendre le pouls de l’institution olympique. Et, surtout, s’assurer que les relations entre le CIO et l’USOC, longtemps rendues difficiles par un différent financier sur la répartition des recettes des droits de télévision, sont désormais au beau fixe. Après avoir joué les globe-trotteurs, les deux hommes peuvent aujourd’hui avoir le sourire: « Nous avons reçu beaucoup d’encouragement de la part des membres du CIO », assure Larry Probst.

Leurs futurs adversaires, connus ou à venir, sont prévenus: les Américains sont lancés. Ils ne ralentiront plus.

ActualitésVoir toutes les actualités